Politique

Jean-Marie Le Pen siègera au Parlement européen sous les couleurs du parti néofasciste Alliance pour la paix et la liberté

Jean-Marie Le Pen va siéger au Parlement européen sous les couleurs de l’Alliance pour la paix et la liberté. Ce parti compte notamment dans ses rangs des membres du parti néonazi allemand.

Nous accueillons Jean-Marie Le Pen à un moment de changements révolutionnaires en Europe. Notre guide et notre leader pour les luttes et les victoires à venir !

Pouvait-on lire dans un communiqué l’APF (Alliance for Peace and Freedom) ce jeudi 5 avril. Si l’ancien co-fondateur du Front national a confirmé son adhésion, il n’a toutefois pas souhaité faire davantage de commentaires.

L’APF, une alliance de partis fascistes

Créée en 2015, l’APF est un mouvement politique européen qui rassemble divers mouvements ultranationalistes en Europe. Actuellement, les élus de ce parti siègent au Parlement européen comme non inscrits. Ainsi, cette formation politique compte dans ses rangs le parti néonazi allemand NPD; le petit parti néofasciste italien Forza Nuova, qui s’est allié à la Ligue du Nord aux législatives de début mars; et le petit parti d’extrême droite radical tchèque (DSSS, parti ouvrier de justice sociale). Par ailleurs, l’APF se distingue des autres partis d’extrême droite par son « discours ultranationaliste décomplexé ». En outre, le mouvement œuvre ardemment pour la dissolution de l’Union européenne. En effet, il la juge comme un obstacle à l’Europe des nations et pour la pérennité et la sauvegarde des traditions européennes « ancestrales ».

Jean-Marie Le Pen ne sera pas candidats aux Européennes de 2018

Or, Jean-Marie Le Pen rejoint un mouvement distinct de celui auquel est affilié le Front national, Europe des nations et des libertés (MENL). Parti dans lequel siègent la Ligue du Nord italienne et le FPÖ autrichien. Actuellement, au Parlement européen, le FN compte 17 députés sous son étiquette. Ainsi que deux autres députés proches non inscrits : Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch. Déjà, l’eurodéputé, âgé de 89 ans, a annoncé qu’il ne se représenterait pas aux élections européennes de mai 2019.

Cofondateur du Front national en 1972, Jean-Marie Le Pen a été condamné à plusieurs reprises par la justice française pour ses propos sur les chambres à gaz. Or, ces controverses déclenchées par ses discours sur la seconde guerre mondiale, peu compatibles avec la « dédiabolisation » voulue par l’actuelle présidente du Front national, sa fille Marine Le Pen, ont entraîné son exclusion du parti en 2015. Néanmoins, il était resté président d’honneur du Front national jusqu’à mars 2018.

Publié le vendredi 6 avril 2018 à 9:50, modifications vendredi 6 avril 2018 à 9:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !