Politique

CouscousGate au Front national : Florian Philippot dénonce les « crétins » du parti

Florian Philippot est confronté à une fronde au sein du Front national pour avoir mangé du couscous. Il a qualifié de « crétines et crétins » les personnes qui lui ont reproché d’avoir mangé ce plat.

CouscousGate ou le couscous de la discorde au sein du Front national. Ainsi, une photo de Kelly Betesh, figure médiatique du parti d’extrême-droite, postée dans la soirée de mercredi 13 septembre, a lancé une polémique d’envergure au sein du parti d’extrême-droite

Sur celle-ci, on voit plusieurs cadres du Front national, dont Florian Philippot, le vice-président du parti et la conseillère régionale Sophie Montel.

L’ensemble du groupe dégustant un couscous dans un restaurant strasbourgeois. Pourtant, le choix de ce plat oriental n’a pas plu à plusieurs sympathisants du Front national. Ainsi, sur Twitter, un hashtag #CouscousGate a vu le jour.

« Le couscous français depuis plus longtemps que la pissaladière »

De nombreux internautes frontistes ont rapidement dit leur indignation de voir un haut responsable du Front national manger du couscous. Et ainsi délaisser la gastronomie traditionnelle française.

Face à ces réactions épidermiques, les cadres du parti ont tenté de riposter. Ainsi, Amélie de La Rochère, assistante parlementaire de Florian Philippot, a pris sa défense, assurant notamment sur Twitter que :

Le couscous est français depuis plus longtemps que la pissaladière.

(Un Tweet supprimé de son compte depuis).

Sophie Montel, elle, a rétorqué que

Le #CouscousGate montre que notre famille politique a encore beaucoup à faire avant la victoire. Merci à ceux qui ont refusé l’obscurantisme.

Philippot continuera à manger du couscous

Invité lundi 18 septembre sur France Inter, Florian Philippot est apparu fort agacé. Ainsi, le vice-président du Front national a tenu à mettre un terme à cette affaire.

Ça veut dire que là, on est face à des crétines et des crétins. Ceux qui parlent de provocation quand on met une photo de couscous à Strasbourg sont juste crétins. Qu’ils se posent des questions. Et qu’on leur fasse goûter du couscous, ils verront que c’est très bon.

A-t-il martelé en ajoutant :

Je rappelle que ça a été amené en France par les pieds-noirs. Ca parlera à certains. Pour le reste, que dire de plus sur tout cela ? C’est désolant. Cc’est navrant mais ça ne m’empêchera pas de continuer à manger du couscous.

Ces chamailleries culinaires, qui ont pris de l’ampleur sur les réseaux sociaux, auraient pu être totalement anodines si elles ne s’inscrivaient pas dans un contexte de dissensions au sein de l’extrême droite française. En effet, cette polémique rappelle à quel point Florian Philippot est contesté par la frange la plus à droite du parti. Celui-ci a donc exhorté le parti à « clarifier » la ligne politique pour qu’elle soit dans la continuité de l’élection :

Qu’on sorte de la tambouille interne et qu’on soit audible sur le fond face à Macron. Je ne suis pas favorable à une politique de rediabolisation.

Quant à Marine Le Pen, invitée de RTL Matin ce mardi 19 septembre, elle a appelé Florian Philippot à surmonter les critiques qui l’ont « blessé ». En outre, elle a demandé à toute sa garde rapprochée de « garder le calme ».

Je tiens à ce qu’ils restent tous au Front national, qu’ils travaillent tous ensemble. Qu’ils ne fassent pas preuve de mauvaise humeur.

Publié le mardi 19 septembre 2017 à 10:42, modifications mardi 19 septembre 2017 à 10:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !