Politique

Décès soudain de Corinne Erhel en plein meeting d’En Marche !

Corinne Erhel, députée des Côtes-d’Armor, est décédée vendredi 5 mai au soir alors qu’elle menait campagne pour le candidat d’En Marche !.

La campagne électorale finit sur un événement tragique. En effet, Corinne Erhel, la députée des Côtes-d’Armor, est décédée vendredi 5 mai dans la soirée, à l’âge de 50 ans.

L’élue Parti socialiste a eu un malaise lors d’un meeting de soutien à Emmanuel Macron, à deux jours du second tour de l’élection présidentielle.

Ainsi, selon une information du Télégramme, Corinne Erhel venait de prendre la parole devant environ 250 personnes dans la salle des fêtes de Plouisy, près de Guingamp lorsqu’elle a perdu connaissance.

Elle était sur scène en train de parler, c’était la dernière intervenante. Elle a fait un pas en avant et s’est effondrée, la tête en avant.

A décrit un témoin au micro de France Bleu.

Selon les médias locaux, la députée a ensuite été transportée en urgence par le Samu à l’hôpital de Saint-Brieuc, où son décès a été annoncé.

La cause numérique

Députée socialiste de la circonscription Lannion-Paimpol depuis 2007, Corinne Erhel siégeait à la commission des Affaires économiques de l’Assemblée.

Originaire de Quimper, l’élue Parti socialiste s’était rapprochée d’Emmanuel Macron en 2015. Le candidat d’En Marche ! était alors ministre de l’Economie et avait fait un déplacement dans le Trégor au sujet du projet de rachat d’Alcatel-Lucent par Nokia.

De nombreux hommages

Corinne Erhel a été l’une des toutes premières personnalités politiques à suivre le candidat lorsqu’il a lancé son mouvement En Marche ! . La cause numérique était un combat commun entre la députée des Côtes-d’Armor et le candidat à la présidentielle.

Elle s’était pleinement investie dans son mandat parlementaire tout en restant proche des gens dans une attention toujours discrète.

A regretté le Palais de l’Elysée dans un communiqué.

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a salué la mémoire d’une ” femme de convictions et une parlementaire engagée “.

Il a adressé sur Twitter ses condoléances à sa famille.

Pour sa part, le patron du groupe Parti socialiste à l’Assemblée, Olivier Faure, a fait part de son « immense tristesse ».

Enfin, Sur son site internet, Christian Eckert, le Secrétaire d’Etat chargé du Budget, a rendu un vibrant homme à Corinne Erhel.

En effet, il a livré une anecdote à propos de leur première séance commune l’Assemblée nationale en 2007.

Alors qu’ils étaient assis à côté l’un de l’autre et que la constitution formelle des groupes politiques n’avait pas encore été établie, le député socialiste Henri Emmanuelli les avait confondu avec des élus UMP, arrivés majoritaires aux élections législatives.

Ce n’est que le troisième jour. Lorsque Corinne et moi avons applaudi au discours de Jean-Marc Ayrault, que le visage d’Henri s’est illuminé. Et qu’il nous a amicalement engueulés, comme il le faisait si souvent.

S’est souvenu le secrétaire d’Etat.

L’ancien président de l’Assemblée nationale leur avait alors déclaré :

Vous ne pouviez pas me dire que vous étiez des nôtres ! Je ne vous connaissais pas, je croyais que vous étiez des UMP, toi le grand, et elle la petite ! Je n’ai cessé, exprès, de vous faire la gueule !.

Christian Eckert a précisé avoir gardé depuis ces instants, « une amitié sincère » avec Corinne Erhel.

Publié le samedi 6 mai 2017 à 14:16, modifications samedi 6 mai 2017 à 14:16

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !