Politique

François Fillon accuse François Hollande et dénonce un « cabinet noir »

Affaibli par les affaires, le candidat joue le tout pour le tout

Invité sur France 2, François Fillon, en s’appuyant sur un livre à paraître, a accusé François Hollande d’être à l’origine des fuites sur ses affaires. Des propos qui ont immédiatement été condamnés par le chef de l’Etat.

C’est la séquence dont tout le monde parle depuis jeudi soir. En effet, François Fillon a dénoncé un « cabinet noir » et un « scandale d’État ». Il a directement mis en cause François Hollande.

Ainsi, invité sur le plateau de L’émission politique, sur France 2, le candidat de la droite a accusé le président de la République d’être à la tête d’un complot qui permettrait des fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

Pire encore, François Fillon a prétendu que François Hollande utiliserait l’appareil d’État pour torpiller sa candidature à l’élection présidentielle.

En effet, il a lancé ces accusations sur la base d’un livre à paraître, Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat. Il a été écrit par des journalistes d’investigation au Canard enchaîné Didier Hassoux et Christophe Labbé, et Olivia Recasens, une journaliste indépendante.

Allégations mensongères

Avant même la fin de l’émission, le Palais de l’Élysée a publié un communiqué pour protester contre ces déclarations :

Le Président condamne avec la plus grande fermeté ces allégations mensongères. Le seul scandale ne concerne pas l’État mais François Fillon qui devra en répondre devant la justice.

Il a précisé :

Le Président n’est jamais, jamais intervenu dans aucune procédure.

De plus, Didier Hassoux l’un des auteurs et journaliste au Canard enchaîné a démenti les propos de François Fillon sur FranceInfo.

Or, le journaliste, outré, a parlé d’un candidat qui était « aux abois » et cherchait à « faire un coup médiatique ».

Ainsi, à la fin de L’Emission politique, le visage de François Fillon a quelque peu blêmi, lorsque le journaliste Karim Rissouli a révélé en direct que l’un des auteurs du livre sur lequel il s’appuyait niait ces propos.

Ah bon ? Il dément quoi ?

A répondu François Fillon avec un sourire gêné.

Vous allez lire le livre, j’ai lu le PDF comme on dit… On verra !.

A-t-il finalement esquivé, dissimulant avec difficulté son embarras.

Parallèlement à ces accusations, le candidat a demandé l’ouverture d’une enquête judiciaire.

Publié le vendredi 24 mars 2017 à 13:04, modifications vendredi 24 mars 2017 à 11:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !