Actualité

Paris : Les femmes bannies du quartier Chapelle-Pajol 

Harcelées dans les rues de leur propre quartier, des habitantes de La Chapelle-Pajol, dans le Nord de Paris, se mobilisent pour dénoncer les agressions dont elles sont victimes au quotidien.

Imaginez un quartier où les cafés, les bars et les restaurants sont inaccessibles aux femmes. Tout comme les trottoirs, la station de métro ou encore les squares.

Un lieu qui peut paraître irréel en France et plus encore dans la plus importante ville du pays.

Et pourtant, ce quartier, c’est le quartier La Chapelle-Pajol dans l’est de Paris.

C’est un article ahurissant du Parisien, paru ce vendredi 19 mai, qui révèle que depuis plus d’un an, le quartier situé à cheval entre les Xème et XVIIIème arrondissements a totalement changé de physionomie.

En effet, selon le quotidien, des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealers, migrants, passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes.

Les témoignages recueillis par Le Parisien évoquent des injures et des agressions.

Menaces avec un couteau au milieu d’une dispute entre vendeurs à la sauvette, injures et remarques incessantes, jet de cigarette allumée… autant de motifs de harcèlement que doivent vivre les femmes au quotidien.

Alors, les femmes, à force de se faire insulter, ont renoncé à leurs habitudes. Comme porter une jupe ou un pantalon trop près du corps. 

Nous avons toutes droit à un traitement insupportable.

Explique Nathalie, 50 ans, dont trente dans ce quartier, où elle a noté un climat « inédit » ces derniers mois.

Moi je ne me mets même plus à ma fenêtre, je ferme les volets.

Ajoute une voisine de 38 ans.

Une pétition et une marche d’observations

Cependant, les habitantes du quartier Chapelle-Pajol  ont décidé de se révolter. Elles ont lancé une vaste pétition intitulée Les femmes, une espèce en voie de disparition au cœur de Paris.

Sur les conseils de Nadine Mezence, adjointe à l’égalité hommes-femmes du maire du 18ème, elles comptent également organiser une marche exploratoire dans les rues qui leurs sont désormais interdites.

Ensemble, elles parcourront tous les lieux du quartier où elles sont indésirables. Puis, rendront compte aux pouvoirs publics de leurs observations.

Dans le même temps, la ville de Paris et la préfecture de police ont reconnu ce vendredi « un sentiment d’insécurité pour les femmes du quartier La Chapelle-Pajol.

En outre, Anne Hidalgo a affirmé y avoir déployé « un dispositif dédié » pour remédier à ce « harcèlement de rue ».

Ainsi, ce plan se traduira par une augmentation importante des contrôles de police, tout au long de la journée. Ensuite, il y aura « des actions de sensibilisation à l’attention des commerçants et des acteurs locaux pour qu’ils contribuent à prévenir et à alerter sur tout acte troublant l’ordre public ».

Publié le samedi 20 mai 2017 à 9:06, modifications samedi 20 mai 2017 à 8:36

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !