Actualité

Paris : Après la mort d’un membre de la communauté chinoise, une manifestation dégénère

Débordements de la manifestation hier soir dans le 19 ème arrondissement, suite à la mort d’un Chinois de 56 ans, abattu par la police à son domicile.

Dimanche soir dans le quartier du 19ème arrondissement, un homme de 56 ans faisant partie de la communauté chinoise, a été abattu sans sommation et sans raison par la police. Cette dernière aurait été appelé pour « un différend familial ».

Liu Shaoyo, père de famille chinois, est décédé suite à un tir par balles d’un des policiers de la BAC et ceci sans sommation. La police quant à elle, dément, et aurait tiré uniquement car l’homme avait une arme blanche dans les mains.

Maitre Calvin Job, l’avocat de la famille affirme que, l’homme, qui parlait très peu le français,se trouvait chez lui avec ses quatre enfants âgés de 15 à 21 ans et était “en train de tailler des poissons avec des ciseaux”. “Les policiers ont ouvert de force la porte de l’appartement, ce qui l’a propulsé vers l’arrière”. Le père de famille n’a “porté aucun coup” et “ne s’est pas précipité” sur les policiers. C’est alors que la police aurait tiré.

Une manifestation contre la police qui dégénère lundi soir

En effet, lundi soir, vers 21h, au moins 150 personnes, en grande partie de la communauté asiatique, se sont réunies devant le commissariat du 19 ème , pour manifester contre « cette bavure policière » comme le dénonce Maitre Job.

Des voitures ont été dégradées, des projectiles lancés. Il n’y a pas eu de blessés, mais 35 personnes ont été interpellées : 26 pour “participation à un groupement en vue de commettre des violences”, trois pour “violences sur agent de la force publique et dégradation d’un véhicule de police par engin incendiaire” et “six pour jets de projectiles”, selon la préfecture de police.

Selon Maitre Job, qui souhaite porter plainte,

aucun des principes de légitime défense n’a été respecté. On est face à la première manifestation des conséquences de la loi sur la légitime défense

Une des filles de Mr Shaoyo relate la scène au parisien :

Vers 20 heures, ma petite sœur a entendu frapper à la porte. Elle a regardé par le trou de la porte et elle a vu deux hommes et une femme armés. Mon père est arrivé à la porte avec les ciseaux qu’il avait pour s’occuper du poisson qu’il cuisinait, poursuit-elle. Les coups à la porte sont devenus de plus en plus forts.
J’ai crié ‘Calmez-vous, faites moins de bruit’, mais rien n’y a fait. Ils ont défoncé la porte, le coup est parti et mon père s’est retrouvé au sol.

Des vérifications sont actuellement en cours, car cet homme avait été conduit à l’infirmerie de la préfecture de police en février 2012,  pour voie de faits : il jetait du matériel informatique du haut du 6 ème étage

La porte parole du ministre des affaires étrangères chinoise, Hua Chunying, a demandé à la France de protéger ses ressortissants. Elle a également souligné,

Nous espérons que nos compatriotes vivant en France sauront faire part de leurs plaintes d’une manière légale

Pour autant, la colère de la communauté chinoise ne redescend pas et un nouveau rassemblement est prévu aujourd’hui.

Publié le mardi 28 mars 2017 à 17:58, modifications mardi 28 mars 2017 à 17:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !