Actualité

#PanamaPapers : Le scandale éclabousse David Cameron

Le Premier Ministre anglais, David Cameron, a été contraint de se justifier sur sa fortune familiale, après que son père ait été mentionné dans le scandale des Panama Papers.

STORY - Episode 6/12

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : #PanamaPapers

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Le scandale d’évasion fiscale des Panama Papers n’en fini plus de compromettre de nouvelles personnalités.

Cette fois, le quotidien The Guardian (membre du Consortium international des Journalistes d’investigation en possession des Panama Papers) a révélé que Ian Cameron, le père du Premier Ministre anglais, a dirigé un fond d’investissement, Blairemore Holding, basé aux Bahamas et dont les profits ont échappé au fisc britannique pendant trente ans grâce à un obscur montage via le célèbre cabinet panaméen Mossack Fonseca.

Je n’ai aucune action, aucun trust offshore, aucun fonds offshore, rien de tout cela.

S’est justifié David Cameron, ce mardi alors qu’un journaliste l’interrogeait pour savoir si sa fortune familiale était encore placée dans ce fond offshore.

J’ai le salaire de Premier ministre et j’ai quelques économies, sur lesquelles je perçois des intérêts, et j’ai une maison, dans laquelle nous vivions mais qui est actuellement louée pendant que nous sommes à Downing Street (la résidence des Premiers ministres britanniques, ndlr) et c’est tout ce que j’ai.

A-t-il précisé. Le Chef de l’opposition du parti travailliste, Jeremy Corbyn, n’a pas manqué de demander qu’une enquête indépendante soit diligentée :

C’est une affaire privée dans la mesure où il s’agit d’intérêts privés, mais ce n’est plus une affaire privée si aucun impôt n’a été payé. Il doit donc y avoir une enquête indépendante. Aucun gouvernement, aucun Premier ministre n’a fait davantage pour lutter contre l’évasion fiscale et l’optimisation fiscale agressive à la fois au niveau national et au niveau international

A répondu David Cameron.

Nous avons récupéré des milliards de livres dans notre pays en changeant la législation en matière d’impôts.

A-t-il détaillé.

Ce débat est itératif en Grande-Bretagne, où les territoires d’Outre-Mer de la Couronne britannique sont régulièrement incriminés pour être des paradis fiscaux (Bermudes, Les Iles Vierges ou encore les Iles Turques-et-Caïques…).

Publié le mercredi 6 avril 2016 à 8:27, modifications mercredi 8 novembre 2017 à 11:31

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !