Actualité

Ouragan Irma : Premiers bilans du « super-ouragan » historique dans les Antilles

L’ouragan Irma, « d’une intensité sans précédent sur l’Atlantique », a touché mercredi matin les îles françaises Saint-Barthélemy et Saint-Martin, placées en alerte violette.

STORY - Episode 3/10

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Ouragan Irma

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

L’arrivée de l’ouragan Irma sur les îles des Antilles françaises de Saint-Barthélemy et Saint-Martin s’est traduite par des déferlantes de 12 mètres de haut et des rafales de vent d’une puissance extrême.

En effet, l’« attaque » a véritablement débuté ce mercredi 6 septembre à 6 heures du matin (midi en métropole) à Saint-Barthélemy. Une île peuplée de 9 500 habitants.

Néanmoins, l’angoisse était déjà perceptible à Gustavia, la capitale, au moment où le terrible ouragan, de catégorie 5, le maximum sur l’échelle Saffir-Simpson, se trouvait encore à 100 kilomètres de là.

Tous les témoignages relayés dans la presse ont évoqué un « grondement » insistant et des rafales de vent comparables à « l’explosion d’une bombe ».

Un ouragan de la taille de la France

D’une catégorie 5 sur une échelle de 5, l’ouragan, estimé comme étant le plus puissant jamais enregistré dans les Antilles, a secoué les deux îles à partir de 2 heures du matin (heure locale), accompagnées de pluies diluviennes et d’éclairs.

Il est désormais plus puissant que les ouragans Luis (en 1995 à Saint-Martin). Hugo (1989, 15 morts en Guadeloupe) et Harvey qui a récemment frappé le Texas et la Louisiane.

L’œil du cyclone, d’environ 50 km de diamètre, est resté environ 1 h 30 sur Saint-Barthélemy et a ensuite touché Saint-Martin.

Toitures balayées par le vent, côtes submergées, arbres arrachés, voitures flottant au milieu de rues inondées, le bilan matériel s’annonce très lourd.

Des images postées sur les réseaux sociaux par les habitants de Saint-Barthélemy et Saint-Martin montraient sa violence.

Des îles dévastées

D’ores et déjà, Irma a causé des dégâts matériels « importants », selon la ministre des Outre-mer Annick Girardin.

Par ailleurs, la ministre a fait part de l’inquiétude du gouvernement sur ces deux îles. En effet, environ 7.000 personnes ont refusé de se mettre « à l’abri ». Et ce malgré « l’ordre » donné mardi soir par la préfecture aux personnes habitant au plus près de la mer, dans des zones inondables ou soumises à la houle marine, de se réfugier en lieu sûr.

À Saint-Martin, quatre bâtiments qui étaient les plus solides ont été détruits

donc cela veut dire que, vraisemblablement, les bâtiments qui étaient plus rustiques sont partiellement ou totalement détruits.

A pour sa part indiqué le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Sur les deux îles, l’électricité a été coupée dans certains quartiers, les connexions téléphoniques sont interrompues. La partie la plus basse des côtes est entièrement submergée, comme le montre cette vidéo tournée par un journaliste de Radio caraïbes international à Saint-Martin.

En outre, les infrastructures touristiques sur l’île de Saint-Barthélemy, pourraient être très endommagées, comme le montre cette vidéo tournée dans un hôtel au moment du passage du cyclone.

Un ouragan spectaculaire

Le passage du cœur de la tempête s’est accompagné d’une « accalmie temporaire et trompeuse », comme un siphon générant une force centrifuge et donc du vide, a expliqué MétéoFrance.

Pourtant, il a immédiatement été suivi du « mur de l’œil » :

Un mur de nuages et de vents entraînant les conditions les plus extrêmes.

Le paroxysme de l’ouragan Irma était attendu entre 06 h 00 et 12 h 00. Avec des rafales au-delà de 300 km/h. Or, certaines ont déjà été mesurées à 360 km/h.

Les autorités françaises n’ont pas connaissance pour l’instant de pertes humaines. En effet, les communications restaient très difficiles avec les deux îles. Pourtant, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a indiqué en milieu de journée mercredi qu’il n’y avait pas de « pertes humaines signalées pour le moment ».

La Guadeloupe redescendue en vigilance orange

Parallèlement, la vigilance cyclone a été levée en Guadeloupe, qui passe en vigilance orange « forte pluie et orages » et « mer dangereuse ».

Avec un déplacement vers l’ouest-nord-ouest à 22 km/h, Irma s’éloigne de la Guadeloupe. Aussi, la vigilance cyclone ne se justifie plus.

A indiqué la préfecture de l’île dans un communiqué.

La région d’outre-mer est restée plus en périphérie de l’œil, mais connaît tout de même des vents à 100 km/h, de fortes pluies et des conditions de mer « très dangereuses ». L’île devrait servir de « hub logistique » pour l’organisation des secours, a indiqué Annick Girardin.

En outre, le gouvernement a activé la cellule interministérielle de crise. Une soixantaine de professionnels de la sécurité civile ont été envoyés en renfort dans les deux îles de Saint-Barthélemy et Saint-Martin.

Enfin, l’ouragan José est en train de se former juste derrière Irma. Et un troisième phénomène dans l’océan Atlantique, la tempête tropicale, Katia, s’est aussi formée au large du Mexique. Elle devrait se transformer en ouragan dans les 48h selon le Centre américain des ouragans.

Publié le jeudi 7 septembre 2017 à 9:49, modifications dimanche 10 septembre 2017 à 4:07

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Vers le top