Actualité

Nouveau drame en Méditerranée, plus d’une cinquantaine de migrants noyés

Plus d’une cinquantaine de migrants sont morts depuis samedi soir au large de la Tunisie et de la Turquie en tentant de rejoindre l’Europe, au moment où le nouveau ministre de l’Intérieur italien est en Sicile pour marteler son discours anti-immigration.

Quarante-sept corps ont été repêchés au large des côtes du gouvernorat de Sfax, dans le sud de la Tunisie et 68 migrants ont pu être secourus, a indiqué dimanche le ministère de la Défense dans un bilan encore provisoire.

Leur embarcation avait été repérée dans la nuit alors qu’elle était “sur le point de couler” au large de l’archipel de Kerkennah, selon le ministère de l’Intérieur tunisien.

L’identité des personnes décédées n’est pas connue. Parmi les rescapés figurent 60 Tunisiens, un Libyen et sept ressortissants d’autres pays du Maghreb et d’Afrique sud-saharienne, a-t-il ajouté.

“Nous étions quelque 180 personnes à bord de l’embarcation (…) qui a coulé à cause d’une infiltration d’eau à l’intérieur”, a témoigné un survivant sur la radio privée tunisienne Mosaïque FM, précisant que le bateau faisait environ neuf mètres de long “et ne pouvait contenir plus de 70 personnes”.

Selon le ministère de l’Intérieur, les gardes-côtes et la marine poursuivent leurs recherches avec le soutien d’un avion militaire.

Femme et enfants

Localisation de la ville de Sfax et de l'île de Kerkennah en Tunisie

(credit photo AFP) Localisation de la ville de Sfax et de l’île de Kerkennah en Tunisie

Ce naufrage de migrants est le plus meurtrier en Méditerranée depuis le 2 février quand 90 personnes, en majorité des Pakistanais, sont mortes noyées au large de Zouara, dans l’ouest de la Libye, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Des Tunisiens en quête d’emploi et d’une vie meilleure tentent régulièrement de traverser la Méditerranée, en direction de l’Italie.

En mars, 120 personnes, en majorité des Tunisiens, tentant de rejoindre clandestinement les côtes italiennes avaient été secourues par la marine tunisienne.

Et en octobre 2017, 46 migrants étaient morts au large de Kerkennah après le naufrage de leur embarcation entrée en collision avec un navire militaire tunisien.

Plus à l’est de la Méditerranée, neuf migrants, dont six enfants et une femme, ont perdu la vie dimanche lorsque leur bateau a fait naufrage au large des côtes turques, a indiqué l’agence de presse turque Anadolu. Cinq personnes ont pu être sauvées et une est toujours portée disparue.

Ces migrants, dont on ignore pour l’instant la nationalité, tentaient de gagner l’Europe, selon l’agence de presse Dogan.

Plus d’un million de personnes, dont beaucoup fuyant la guerre en Syrie, avaient rejoint la Grèce à partir de la Turquie en 2015. Le nombre de personnes tentant la traversée souvent périlleuse avait ensuite fortement diminué à la suite d’un accord passé entre l’Union européenne (UE) et la Turquie en 2016.

Mais les observateurs notent que le nombre de personnes tentant la traversée a de nouveau commencé à augmenter ces derniers mois.

Bon sens

Au large des côtes espagnoles, 240 migrants ont été secourus depuis le début du week-end, ont indiqué les secours.

Les rescapés de l’une des embarcations ont indiqué aux secours qu’un passager était tombé à l’eau et qu’ils “avaient vu le cadavre flotter”. Le corps n’a pas pu être repêché.

Avec plus de 7.600 arrivées par la mer dont 237 morts pendant la traversée du début de l’année au 30 mai, l’Espagne est la troisième porte d’entrée de l’immigration illégale en Europe, derrière l’Italie et la Grèce, mais la deuxième la plus meurtrière, selon les chiffres de l’OIM.

En Italie, Matteo Salvini, le patron des souverainistes italiens devenu cette semaine ministre de l’Intérieur, s’est rendu dimanche en Sicile pour marteler le discours anti-immigration qui l’a porté au pouvoir.

Les différents ports de l’île italienne sont d’importants points d’arrivée des migrants.

“Le bon temps pour les clandestins est fini: préparez-vous à faire les valises”, avait prévenu samedi M. Salvini, avant de tempérer son propos dimanche: “Concernant l’immigration, nous n’aurons pas une ligne dure mais une ligne de bon sens”.

Et au-delà des efforts en Italie, M. Salvini est attendu mardi à Luxembourg pour une réunion des ministres de l’Intérieur de l’UE. Au menu: la révision de l’accord de Dublin, qui oblige les migrants à déposer leur demande d’asile dans le premier pays européen où ils arrivent. Cet accord pénalise fortement l’Italie, qui a vu arriver plus de 700.000 migrants depuis 2013.

Les arrangements controversés de l’ancien gouvernement italien avec les autorités et des milices libyennes ont toutefois fait chuter les arrivées de migrants de plus de 75% depuis l’été 2017.

Depuis le début de l’année, 13.500 arrivées de migrants ont été enregistrées dans ce pays.

Publié le dimanche 3 juin 2018 à 20:20, modifications dimanche 3 juin 2018 à 20:29

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !