Actualité

Nicolas Hulot s’oriente vers la fermeture de 17 réacteurs nucléaires

Nicolas Hulot veut fermer des réacteurs nucléaires pour tenir les objectifs de la loi sur la transition énergétique

Ce lundi 10 juillet, Nicolas Hulot, s’est engagé à fermer des réacteurs nucléaires pour respecter la loi sur la transition énergétique. Celle-ci vise à ramener à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité à l’horizon 2025.

17 réacteurs nucléaires concernés

Si les militants de la cause antinucléaire réclament la fermeture d’au moins 15 réacteurs, ils devraient être satisfaits de l’annonce du ministre de la Transition écologique.

En effet, pour tenir cet engagement, la France pourrait fermer jusqu’à 17 réacteurs nucléaires.

Chacun peut comprendre que, pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs, et pas un seul réacteur. Ça sera peut-être jusqu’à 17 réacteurs, il faut qu’on regarde.

A déclaré le ministre de la Transition écologique, sans préciser quels seront les sites qui pourraient être concernés.

Chaque réacteur a une situation économique, sociale et même de sécurité très différente.

A ainsi souligné, Nicolas Hulot.

En outre, il a insisté sur une « planification » de cette transition vers une production d’électricité plus diversifiée.

Si nous voulons atteindre l’objectif, mécaniquement, à mesure que nous allons baisser notre consommation et diversifier notre production, nous allons fermer un certain nombre de réacteurs.

Ramener la part du nucléaire à 50%

Sur le nucléaire, le candidat Macron avait promis qu’il maintiendrait l’objectif de réduire la part à 50% en 2025.

Et, depuis l’accession de la République en Marche ! à l’Élysée, l’exécutif a réaffirmé cette ambition pour la France.

Si Nicolas Hulot a présenté jeudi dernier un Plan Climat qui fixe un certain nombre d’orientations dans le secteur de l’énergie, il n’a cependant pas détaillé comment baisser significativement la part du nucléaire. Celle-ci représente aujourd’hui environ 75% de la production d’électricité en France.

Enfin, s’il a toujours revendiqué son opposition au nucléaire, Nicolas Hulot avait admis à propos du nucléaire :

Que l’on soit pour ou contre, de toute façon on ne peut pas s’en passer demain matin”.

Nul doute que les bras de fer gouvernementaux vont être musclés dans les semaines à venir pour parvenir à des solutions.

Publié le lundi 10 juillet 2017 à 15:13, modifications lundi 10 juillet 2017 à 15:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

6 Commentaires