Actualité

Naturalisation contre prénom français : la proposition de Julien Aubert, député du Vaucluse, fait polémique

Parmi 18 propositions sur l’islam, le député Les Républicains du Vaucluse Julien Aubert suggère aux étrangers qui veulent obtenir la nationalité française, de choisir un prénom qui soit « plus adapté à la culture nationale ».

Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse, propose de subordonner l’obtention de la nationalité française à l’ajout d’un prénom français, plus « adapté à la culture nationale ».

Un prénom plus adapté à la culture nationale

Ainsi, dans un livret de 18 propositions sur l’islam publié ce vendredi 16 novembre, le député part du principe que

La distinction usuelle entre islam et islamisme ne correspond à aucune réalité religieuse établie.

Par ailleurs, il dit assumé une « une préférence » pour la culture française d’origine judéo-chrétienne et gréco-latine. Aussi, pour les candidats à la nationalité française, Julien Aubert suggère-t-il de leur imposer de choisir un de leurs prénoms. Et ce, parmi ceux issus des différents calendriers français. Ou ceux des personnages connus de l’histoire nationale. L’objectif étant pour le député qu’il soit « plus adapté à la culture nationale » Julien Aubert argue qu’il s’agit d’une « incitation » à utiliser le prénom français. Dans le même temps, Louis Aliot, le député Rassemblement national considère lui aussi « qu’on s’intègre mieux en adoptant un prénom de son pays d’accueil ».

On se souvient que lors d’une altercation avec la chroniqueuse Hapsatou Sy, le polémiste Eric Zemmour avait estimé que son prénom était « une insulte à la France ». Provoquant  la controverse, il lui avait suggéré d’en changer.

Contacté par l’AFP, Julien Aubert s’est justifié :

Nous proposons simplement qu’une personne qui vient d’acquérir la nationalité française choisisse un deuxième ou un troisième prénom. Issus des calendriers français. S’il s’agit d’un enfant, cela lui laisse la possibilité, une fois adulte, de choisir un de ces autres prénoms. S’il estime que le premier risque de nuire à son intégration.

Publié le samedi 17 novembre 2018 à 10:55, modifications samedi 17 novembre 2018 à 10:51

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !