Actualité

Najim Laachraoui : un « CV » explosif

Le « CV » du terroriste, Najim Laachraoui, s’allonge au fil des révélations de l’enquête sur les attentats franco-belges. En plus d’avoir été artificier, kamikaze, il a également été l’un des geôliers d’anciens otages français en Syrie.

C’est le troisième geôlier des anciens otages français en Syrie à être formellement identifié par plusieurs ex-otages français. Najim Laachraoui, le kamikaze qui actionné sa ceinture d’explosif à l’aéroport de Zaventem à Bruxelles, était l’un des hommes en charge de surveiller les journalistes et photographes Edouard Elias, Pierre Torres, Didier François et Nicolas Hénin pendant leur détention, entre juin 2013 et avril 2014 en Syrie.

Il a été démontré que Najim Laachraoui avait rejoint la Syrie en février 2013, soit trois mois avant l’enlèvement des journalistes et photographes français à Alep en Syrie.

A l’époque, il se faisait appeler Abou Idriss et avait été promu dans la revue de propagande de l’Etat Islamique Dabiq.

Si l’identité des deux autres gardes était déjà connue : Medhi Nemmouche (le terroriste responsable de la tuerie du Musée juif de Bruxelles) et Salim Benghalem (l’un des jhiadiste français les plus haut placés au sein de la police islamique de Daech et proche des frères Kouachi et Amédy Coulibaly, les auteurs des attentats de janvier 2015), seul le nom du dernier gardien était jusqu’alors inconnu.

Ces trois hommes étaient tous sous la responsabilité d’Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur des attentats des attentats de Paris.

De plus, le quotidien britannique Daily Mail affirmait que Najim Laachraoui a été l’un des « kapos » du journaliste américain James Foley, avant sa décapitation le 18 août 2014.

Selon Le Parisien, le djihadiste semble avoir été un gardien plus calme que les autres geôliers :

Laachraoui apparaît comme un personnage intelligent, posé, s’adaptant vite aux situations

souligne une source au sein du ministère de l’Intérieur dans les colonnes du quotidien.

Celui avait étudié l’électromécanique organisait notamment des «quiz» sur des questions scientifiques à l’attention de ses captifs.

Il n’était réapparu en Europe que le 9 septembre 2015, contrôlé dans une Mercedes sous la fausse identité de Soufiane Kayal à la frontière austro-hongroise, en compagnie de Salah Abdeslam (détenu dans la prison de Beveren et Mohamed Belkaïd (tué lors de l’assaut de Forest le 15 mars)

On sait à présent qu’avant de se faire exploser à l’aéroport de Zaventem, ce belge natif du Maroc était un élément clé dans les attentats parisiens du 13 novembre. C’est notamment lui qui a reçu le fameux SMS

on est partis, on commence,

juste avant la tuerie dans la salle du Bataclan à Paris.

Le terroriste de 24 ans serait également l’artificier des attentats de Paris qui ont fait 130 morts à Paris et des attaques belges qui ont fait 32 morts dans la capitale : son ADN a été retrouvé par les enquêteurs sur les ceintures et dans les différentes planques utilisées par les terroristes.

Publié le samedi 23 avril 2016 à 15:55, modifications samedi 23 avril 2016 à 15:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !