Actualité

Mort de Julen : Le propriétaire du terrain sort du silence

Âgé de seulement 2 ans, le petit Julen a perdu la vie en tombant dans un puits illégalement creusé. Le propriétaire du terrain vient d’affirmer qu’il ne se le pardonnerait jamais.

Le 13 janvier 2019, le petit Julen, 2 ans, est tombé dans un puits à Totalan en Espagne. Malgré les efforts qui ont été faits pour tenter de lui venir en aide dans les jours qui ont suivi, il a été retrouvé sans vie 13 jours plus tard. En 2017, les parents de Julen avaient déjà perdu Oliver, leur enfant de 3 ans emporté par une crise cardiaque.

Le jour de la tragédie, David Serrano, le propriétaire du terrain avait organisé une petite fête autour d’une paella pour célébrer l’acquisition d’un nouveau terrain. Le puits de 110 mètres et large de 25 centimètres non autorisé qui se trouvait là a alors entraîné la mort de Julen.

Comme le rapporte le site La Vanguardia, David Serrano s’est exprimé lors d’une conférence de presse mardi dernier. Il aurait averti les parents de la présence de ce trou mais personne n’aurait imaginé qu’un enfant puisse tomber dedans. Et pourtant, alors que la mère du petit Julen était au téléphone, ce dernier s’est éloigné de la surveillance de son père. Cela lui a malheureusement laissé assez de temps pour trouver la mort.

« Je ne me le pardonnerai jamais »

Un cri s’est alors fait entendre et c’est à ce moment-là que David Serrano se serait approché du puits.

J’ai approché, mais il était trop tard, il avait disparu. Il avait disparu.

Larmoyant, le propriétaire du terrain affirme qu’il était très loin de s’imaginer que quelqu’un puisse tomber dans le puits.

Je craignais que quelqu’un s’y coince le pied et se le torde. Jamais de ma vie je n’ai imaginé qu’un enfant puisse tomber à l’intérieur. Jamais.

Abattu, il a ajouté :

Je ne me le pardonnerai jamais. Jamais. Ce qui est arrivé à Julen, cela aurait aussi pu arriver à ma fille de 2 ans.

Les avocats de David Serrano ont bien évidemment pris sa défense :

Notre client ne pouvait pas imaginer que qui que ce soit tombe dans ce puits et même la Garde civile n’a pas immédiatement cru possible qu’un enfant soit passé par là.

Cependant, il est possible que David Serrano puisse être poursuivi pour homicide involontaire par imprudence.

Une version des faits que ne croit pas la Garde civile

David Serrano a affirmé qu’il pensait que l’entreprise qui avait effectué les travaux pour le puits avait fait les démarches nécessaires pour que celui-ci soit légal. Il a déclaré que, pour sécuriser le puits, il avait rebouché celui-ci à l’aide de parpaings.

J’avais bouché l’accès mais le petit s’est glissé entre les pierres.

Nos confrères de El Mundo rapportent que la Garde civile aurait bien du mal à croire à cette version des faits. Un agent chargé de l’enquête a déclaré :

Il est impossible pour un enfant de 2 ans de déplacer ces blocs de béton. Dans sa première version, lorsque nous sommes arrivés sur les lieux, David Serrano ne nous avait pas dit qu’il avait utilisé ces parpaings pour couvrir le trou. Il avait seulement déclaré qu’il ne savait pas qu’il était découvert. Ensuite, il nous a dit qu’il avait utilisé ces blocs pour le refermer. Nous pensons que cette version lui est venue à l’esprit quand il a vu des photos prises ce jour-là.

La Garde civile pense que David Serrano n’aurait pas dû parler aux médias :

Il reconnaît qu’il savait que le puits représentait un réel danger et qu’il a malgré tout organisé une paella dans une zone de travaux illégaux, sans garantir la sécurité des invités.

Affaire à suivre…

Publié le jeudi 7 février 2019 à 15:26, modifications jeudi 7 février 2019 à 15:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct