Actualité

Mort de Gemmel Moore : Latisha Nixon, sa mère, croit en la culpabilité d’Ed Buck, le donateur du parti démocrate américain

Latisha Nixon est la mère de Gemmel Moore, le jeune escort afro-américain retrouvé mort au domicile d’Ed Buck. En fin de semaine dernière, ce généreux donateur échappait à tous les chefs d’accusation de sa mise en examen. La mère de la victime ne baisse pour autant pas les bras.

Latisha Nixon affirme que peu de temps avant de mourir, son fils avait décidé de retourner vivre avec elle au Texas. Mais Ed Buck décidait de ramener Gemmel Moore dans sa demeure de l’avenue Laurel, dans l’ouest hollywoodien. Aussi, pour ce faire, ce proche d’Hillary Clinton offrira un billet retour à la victime.

Malheureusement pour elle, le jour de son arrivée à Los Angeles sera aussi celui de son décès. Suite à cette tragédie, de nouvelles informations interrogent les motivations d’Ed Buck. De fait, Latisha Nixon incite le shérif local à conduire d’autres investigations.

Latisha Nixon relance l’enquête…

Il y a d’abord des extraits du journal intime du décédé, qui parviennent au public à la mi-août 2017.  Gemmel Moore écrivait, en décembre 2016, qu’il est “désormais accro aux drogues, dont la pire d’entre toutes. Ed Buck est celui à remercier pour ça”. Le vingtenaire portera aussi une autre accusation dans ces pages.

En effet, Moore affirme que c’est Buck qui lui a personnellement fait sa première injection de crystal meth. Il s’agit de méthamphétamine, drogue de synthèse psycho-stimulante et très addictive, aux conséquences dévastatrices.

Plus grave encore, les propos de Gemmel Moore seraient corroborés par les témoignages d’autres jeunes hommes, afro-américains eux aussi. D’après les informations du média en ligne Wehoville, Latisha Nixon serait en possession d’une vidéo d’un autre jeune homme noir.

Ce dernier avouerait, à l’écran, avoir reçu, lui aussi, ses premières injections de drogue de la part d’Ed Buck. Par ailleurs, l’interviewé soutiendrait que le donateur du parti démocrate serait un adepte du chem sex. Une pratique à risque, alliant sexe et drogues dures, qui fait des ravages dans la communauté homosexuelle.

…Sans trop y croire.

Honnêtement, le département du shérif ne s’est pas investi. En vérité, nous leur avons emmené des jeunes hommes à interroger. Nous nous sommes battus pour leur immunité (des témoins). Nous étions au front (de cette lutte pour la justice).

Resume-t-elle des actions entreprises.

Mais face au pouvoir que représente l’accusé, elle n’a que peu d’espoirs.

Je n’espère pas du bureau du procureur de faire quoi que ce soit. Ils ne veulent pas. Ed Buck est protégé. Ils ont à leur disposition plus de preuves que nécessaires.

Estimait déjà Latisha Nixon, il y a dix jours, sur Twitter.

Publié le mercredi 1 août 2018 à 13:18, modifications mercredi 1 août 2018 à 10:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !