Actualité

Mort d’Adama Traoré : Le New York Times dénonce la “bavure” des policiers français

Le New York Times a publié un édito sanglant sur les forces de l’ordre française suite à la mort suspecte d’Adama Traoré.

Vendredi 29 juillet, le New York Times a publié un édito revenant sur la mort d’Adama Traoré. Sa mort est survenue lors d’une interpellation par des gendarmes à Beaumont-sur-Oise dans le Val d’Oise. Deux autopsies ont déjà été réalisées sur le corps du jeune homme de 24 ans et n’ont pas encore révélés les causes exactes de sa mort. Les proches dénoncent une bavure policière et le quotidien américain s’en prend aux méthodes des forces de l’ordre française.

Avec en titre “Black Lives Matters Too”, le New York Times fait référence au mouvement de lutte contre les violences faites envers les noirs aux Etats-Unis.

Il n’est pas surprenant que le mouvement Black Lives Matter trouve un écho en France : les organisations de défense des droits de l’homme ont fait état ces dernières années d’une culture d’impunité, profondément ancré au sein de la police française, et donnant lieu à des abus a l’égard des minorités.

Le quotidien va plus loin, en citant une étude parue en 2009. Une étude qui s’appuie sur un délit de faciès, selon laquelle un “noir” ou un “arabe” aura six à huit fois plus de chances de se faire contrôler à Paris. Et pourtant, en 2012, le président François Hollande avait promis de mettre en place un récépissé lors des contrôles d’identité.

Maintenant, plus que jamais, la police doit rétablir la confiance avec les communautés minoritaires, en démontrant son respect des droits de tous les citoyens français, quelles que soient leur foi ou leur couleur, et qu’une application impartiale de la justice ne fait aucune exception pour la police.

Et cela ne s’est pas arrangé avec la promulgation de l’état d’urgence suite aux attentats du 13 novembre.

Les attaques terroristes n’ont pas conduit le gouvernement français et les législateurs à interpeller la police sur la question des abus contre les minorités africaines et nord-africaines.

Pour le quotidien qu’américain, ces nouvelles émeutes font échos à celles de 2005 suite à la mort de Zyed et Bouna après une course-poursuite avec la police. Les deux policiers poursuivis avaient été relaxés par la justice.

Samedi 30 juillet, une manifestation était organisée entre la Gare du Nord et Place de la République. Encerclés par la police, ils n’ont pas été autorisés à manifester. La Préfecture de Police de Paris “s’est opposée à un départ de cortège” pour “des raisons tenant à la protection des institutions” et “pour assurer la propre sécurité des manifestants”. La préfecture a souligné que la manifestation n’avait pas été déclarée. Entre 600’et un millier de personnes étaient réunies. L’avocate de la famille Traoré s’est exprimée.

Il a d’abord été mention d’une crise cardiaque, finalement on parle d’une infection. Ce qui est certain, c’est qu’Adama est mort d’asphyxie.

Pour le moment, les autorités refusent qu’une troisième autopsie soit réalisée sur le corps d’Adama.

Publié le lundi 1 août 2016 à 12:04, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire