Actualité

Montreuil : la police fait évacuer des riverains qui bloquent une usine

Les habitants exigent la fermeture de l'usine jugée toxique depuis des années

Des habitants de Montreuil bloquent une usine jugée toxique et se font déloger par la police.

Des habitants de Montreuil bloquaient depuis plusieurs jours l’accès à une usine jugée toxique. Les forces de l’ordre sont finalement intervenues le jeudi 6 septembre pour les déloger, sur ordre de la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Le jeudi 7 septembre, la police est intervenue à Montreuil afin de déloger des riverains bloquant l’accès à une usine. Les riverains s’inquiètent depuis plusieurs années de la toxicité dégagée par l’usine qui traite des pièces destinées à l’aéronautique.

L’évacuation s’est déroulée dans le calme

Depuis le lundi 4 septembre, une dizaine d’habitants de Montreuil bloquait l’accès à une usine jugée toxique. La police a dû intervenir pour les déloger jeudi. Les effectifs du commissariat de Montreuil et des CRS sont en effet intervenus aux alentours de 7h15.

D’après une source policière, l’évacuation s’est faite dans le calme. Les forces de l’ordre sont intervenues pour que les employés de la SNEM (Société nouvelle d’eugénisation des métaux) puissent à nouveau accéder à l’usine.

L’entreprise est spécialisée dans le traitement de pièces destinées au secteur de l’aéronautique. L’usine travaille avec des clients comme Safran ou Airbus. Située dans le centre de Montreuil, cette usine inquiète les habitants en raison de sa potentielle toxicité.

La fermeture de l’usine est demandée depuis des années

La préfecture de Seine-Saint-Denis a dénoncé dans un communiqué paru le mercredi 6 septembre l’action jugée illégale menée par les riverains. L’autorisation de bloquer l’accès au lieu n’a pas été demandée à la préfecture.

Les habitants se mobilisent depuis plusieurs années pour que l’usine ferme. Les riverains militants pour la fermeture ont dénoncé l’intervention des forces de l’ordre dans un communiqué. Selon eux, le préfet a eu recours aux forces de l’ordre afin de maintenir les activités de l’usine. Ils lui reprochent notamment de ne pas appliquer le principe de précaution.

Suite à l’évacuation, des parents d’élèves ont occupé les locaux administratifs de trois écoles situées à proximité. Les riverains ont fait part de leur intention de saisir le procureur de la République. Les habitants s’inquiètent en effet des rejets toxiques de l’usine. En juin dernier, une leucémie a été diagnostiquée chez un élève d’une école du quartier.

Une série de contrôles et d’analyses a été lancée par les autorités cet été. Pour le moment, il a été demandé à l’exploitant de l’usine de modifier son système de ventilation. La gestion des déchets doit également être améliorée.

Cependant, aucun danger pouvant entraîner la fermeture de l’usine n’a été reconnu par la préfecture de Seine-Saint-Denis. Un rapport de l’Agence régionale de santé a néanmoins mis en avant la concentration trop élevée en chrome(VI) dans l’usine. Le 21 septembre prochain, ce produit réputé pour être toxique sera interdit suite à une directive européenne.

Publié le vendredi 8 septembre 2017 à 10:50, modifications vendredi 8 septembre 2017 à 10:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !