Monde

Zimbabwe : Robert Mugabe a démissionné, la population exulte

Le président du parlement a annoncé que Robert Mugabe avait démissionné de ses fonctions présidentielles.

Ce mardi 21 novembre et après 37 ans de règne autoritaire, Robert Mugabe a finalement démissionné de son poste de président du Zimbabwe. Ainsi, le plus vieux dirigeant en exercice de la planète, a annoncé sa décision historique dans une lettre envoyée au président de l’Assemblée nationale.

Poussé vers la sortie

Assigné à résidence depuis le 14 novembre, Robert Mugabe a été poussé vers la sortie par l’armée, son propre parti et la rue au terme d’une semaine de crise.

Moi, Robert Gabriel Mugabe remets formellement ma démission de président de la République du Zimbabwe. Avec effet immédiat.

A lu le président de l’assemblée nationale Jacob Mudenda, en énonçant la lettre de démission du chef de l’Etat. À l’issue de la lecture de la déclaration de Robert Mugabe un tonnerre d’applaudissements a éclaté dans les rangs des députés.

37 ans de règne

Robert Mugabe, héros de la guerre d’indépendance, aura dirigé pendant 37 ans le Zimbabwe d’une main de fer. Pendant sa présidence, il n’a pas hésité à museler l’opposition et à fragiliser l’économie du pays. Ainsi, âgé de 93 ans, Robert Mugabe refusait jusqu’alors de démissionner malgré les injonctions de l’armée.

Celle-ci, bien qu’assurant qu’il ne s’agissait pas d’un coup d’État mais de « négociations », avait pris le contrôle de la capitale dans la nuit de 14 au 15 novembre. Ses dirigeants avaient réclamé un régime de transition démocratique. Vendredi, l’armée avait également procédé à l’arrestation de plusieurs proches de Robert Mugabe.

Nous lançons un avertissement ferme à Mugabe et à sa femme Grace : la partie est finie.

Avait tancé le très influent Christopher Mutsvangwa, chef des anciens combattants lors d’une conférence de presse dans la capitale Harare.

Personnage très charismatique, Robert Mugabe a marqué le monde et l’Afrique par sa lutte indépendantiste. Toutefois, au fil des décennies, il a fini par incarner l’image même du dictateur africain.

A priori, la période de transition qui s’ouvre devrait être dirigée par l’ancien vice-président Emmerson Mnangagwa.

Scènes de liesse dans le pays

Très attendue, l’annonce du départ du chef de l’Etat a été saluée par des milliers de personnes en liesse.

Ainsi, la population est descendue dans les rues de la capitale Harare, accompagnées d’un concert de klaxons des voitures.

Des Zimbabwéens euphoriques ont immédiatement retiré le portrait de Robert Mugabe. Celui-ci trônait dans le centre de conférences d’Harare où le parlement était réuni mardi en session extraordinaire.

Nous sommes si heureux.

A notamment confié Togo Ndhlalambi, une coiffeuse de 32 ans à l’AFP avant d’ajouter :

On se réveillait chaque matin en attendant ce jour, le pays a connu des moments si difficiles. Je suis aux anges. Trente-sept ans de dictature, ce n’est pas une plaisanterie.

S’est réjoui Tinashe Chakanetsa, âgée de 18 ans.

J’espère maintenant un nouveau Zimbabwe, dirigé par le peuple. Et non pas une seule personne.

S’est enthousiasmée la jeune femme.

Nous avons besoin de dirigeants choisis par le peuple. Nous n’avons pas besoin d’autocrates.

Publié le mercredi 22 novembre 2017 à 10:41, modifications mercredi 22 novembre 2017 à 10:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !