Monde

Yémen : Des dizaines de migrants jetés « délibérément » à la mer

Pour la deuxième fois en 24 heures, des migrants ont été jetés à la mer au large du Yémen.

Ils fuyaient la guerre et la pauvreté. Pourtant, au moins cinq migrants africains ont péri et cinquante sont portés disparus. Ils ont été jetés à la mer jeudi 10 août par des passeurs au large du Yémen. Il s’agit du second drame de ce genre en moins de 24 heures.

300 migrants jetés à la mer en 2 jours

Ainsi, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ce sont au total 180 personnes en provenance de Somalie et d’Éthiopie qui ont été jetés à la mer par les passeurs ce jeudi.

La veille, 29 migrants africains étaient morts. 22 ont été portés disparus dans les mêmes conditions au large du Yémen.

Les survivants ont déclaré à nos collègues sur la plage que le passeur les a poussés à la mer lorsqu’il a vu des gens des autorités près de la côte.

A déclaré Laurent de Boeck, responsable de la mission de l’OIM au Yémen, cité dans un communiqué de l’organisation.

Les survivants ont aussi déclaré que le passeur était retourné en Somalie. Il devait y poursuivre ses activités et tenter de ramener d’autres migrants par la même route maritime.

Le personnel de l’OIM a découvert les cadavres de 29 migrants africains sommairement enterrés sur une plage de la province de Chaboua, sur les rives du golfe d’Aden. Les survivants ont rapporté que 22 autres migrants n’avaient pas été retrouvés.

 Inhumain

Ils étaient tous assez jeunes, l’âge moyen était d’environ 16 ans

A déploré Olivia Headon, la porte-parole de l’OIM.

Alors que la guerre au Yémen a déjà fait près de 8.400 morts et plus de 47.000 blessés depuis 2015, selon l’Organisation mondiale de la Santé, des Éthiopiens et des Somaliens fuyant la pauvreté ou les violences, tentent généralement de rejoindre le pays par la mer. Ils espèrent atteindre ensuite un riche pays du Golfe.

Ainsi, l’OIM estime qu’environ 55 000 migrants ont quitté la Corne de l’Afrique pour le Yémen depuis le début de l’année. Or, plus de 30.000 d’entre eux sont mineurs.

De plus, la traversée est particulièrement mouvementée en cette période de l’année marquée par des vents puissants dans l’océan Indien.

Il y avait de nombreuses femmes et enfants parmi ceux qui sont morts et ceux portés disparus.

A regretté Laurent de Boeck.

Par ailleurs, il a dénoncé un acte « scandaleux et inhumain ». Il a souligné par ailleurs l’immense souffrance des migrants sur cette route migratoire.

Trop de jeunes paient des passeurs avec de faux espoirs d’un avenir meilleur.

Des faits qui reflètent le traitement inhumain réservés à ces hommes, ces femmes et ces enfants à la recherche d’une vie meilleure.

Publié le vendredi 11 août 2017 à 9:17, modifications vendredi 11 août 2017 à 9:17

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top