Monde

Vigilant Ace : Les USA et la Corée du Sud débutent de vastes manœuvres militaires

Washington et Séoul viennent de lancer l’opération Vigilant Ace. Ces nouvelles manœuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud interviennent alors que les tensions et que la crise des missiles avec le régime nord-coréen sont toujours d’actualité.

La Corée du Sud et les États-Unis viennent de donner le coup d’envoi, ce lundi 4 décembre, de leur plus important exercice aérien conjoint à ce jour. Ces manœuvres entre les forces armées américaines et sud-coréennes interviennent seulement cinq jours après un essai balistique nord-coréen.

Les Etats-Unis et la Corée du Sud jouent avec le feu avec l’opération Vigilant Ace

Cette opération, baptisée Vigilant Ace, a été qualifiée par la Corée du Nord de « provocation totale » selon des informations de La Croix. Près de 230 avions, dont des chasseurs furtifs F-22 Raptor, et des dizaines de milliers de soldats sont mobilisés. Cet exercice de grande envergure doit durer cinq jours.

La Corée du Nord a dénoncé fermement cette opération. Le régime de Pyongyang accuse notamment le président américain Donald Trump de « vouloir la guerre nucléaire à tout prix ». La Corée du Nord estime que ces exercices cachent en réalité un plan global d’invasion de son territoire. Les tensions sont vives entre la Corée du Nord, les Etats-Unis et la Corée du Sud. La crainte d’un conflit nucléaire est souvent évoquée depuis ces derniers mois.

La course folle à l’armement nucléaire du régime de Pyongyang

La Corée du Nord a tiré un missile balistique intercontinental il y a cinq jours à peine. Selon Pyongyang, ce missile serait capable de frapper n’importe quel site du territoire continental des États-Unis. Kim Jong-Un a en effet annoncé que son pays était devenu une puissance nucléaire à part entière suite à l’essai de ce missile.

Les analystes estiment cependant que le missile en question, le Hwasong-15, transportait une tête factice très légère. L’engin aurait eu du mal à parcourir une distance aussi grande avec une véritable ogive nucléaire, beaucoup plus lourde. Les observateurs ne sont pas convaincus également de la maîtrise de la technologie nécessaire pour assurer la survie des ogives à l’échauffement par la Corée du Nord. Cette étape clé se produit au moment de l’entrée des missiles dans l’atmosphère, depuis l’espace.

Le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, le général Herbert McMaster, a estimé que la probabilité d’une guerre avec la Corée du Nord « augmentait chaque jour ».

Publié le lundi 4 décembre 2017 à 18:23, modifications lundi 4 décembre 2017 à 18:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire