Monde

Vénézuela : Un zoo forcé de tuer des animaux pour nourrir les autres

Face à la crise alimentaire au Vénézuela, un zoo s’est résigné à tuer les animaux les plus faibles pour nourrir les autres.

STORY - Episode 16/17

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Crise au Venezuela

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Au Vénézuéla, alors que le président Nicolas Maduro se prépare à être réélu dans un fauteuil faute d’opposition, sa population souffre toujours de la famine. Depuis plus de deux ans, le pays traverse désormais une crise alimentaire grave. Celle-ci ne touche pas que les humains, comme l’illustre l’exemple de ce zoo qui est forcé de tuer les animaux les plus faibles pour nourrir les autres.

De très importantes quantités de viandes sont nécessaires

Comment faire pour nourrir des animaux ayant besoin de plusieurs centaines de kilos de viande par semaine quand celle-ci n’est pas disponible pour les êtres humains ? C’est le défi auquel est confronté le Metropolitan Park Zoo.

Nous avons des fauves qui nécessitent 500 kg de viande par semaine. Nous allons bientôt recevoir 800 kg de viande. On a attendu une semaine pour cette nouvelle livraison et, bien sûr, nous recevons aussi des donations. Il y a des restaurants qui ont des restes non-transformés de viande et nous pouvons les utiliser

explique Elio Rios, le directeur cité par FranceTV Info. 

Problème, ce n’est toujours pas suffisant. Les officiels ont donc décidé d’adopter des mesures plus draconiennes.

Si nous avons un animal malade qui ne peut survivre, nous le sacrifions parce que nous devons prendre des mesures éthiques envers cet animal. Nous n’allons pas l’enterrer, alors il sert de nourriture

poursuit-il ainsi. Bien entendu, la mesure n’est pas forcément bien acceptée, notamment par les associations de défense des animaux. A noter que ces derniers mois, plusieurs zoos du pays ont aussi tentés de donner des fruits aux animaux mais sans grand succès.

Vives réactions sur les réseaux sociaux

La Ligue des Animaux a réagi sur Twitter : “Au lieu de faire ça, il n’y a pas un autre recours ? Demander de l’aide des autres pays qui je pense donneront de la nourriture gentiment plutôt que de les tuer. Je n’appelle pas ça un zoo mais un camp de concentration.” Des milliers de messages de ce genre ont été adressés ces derniers jours.

En 2016, les forces de police faisaient déjà état d’un autre problème dans un zoo du pays. Désespérés face à l’absence de nourriture, des habitants avaient volé des animaux pour les manger. Au moins 10 espèces dont un bison avaient alors disparu du zoo de Zulia.

Publié le mardi 27 février 2018 à 18:46, modifications mardi 27 février 2018 à 17:26

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !