Monde

Crise au Venezuela : Le président Maduro annonce une augmentation du salaire minimum de 50%

Le président Nicolas Maduro a annoncé une hausse de 50% du salaire minimum, la troisième depuis le début de l’année. Un nouvel objectif pour tenter de désamorcer la crise qui sévit depuis des mois.

STORY - Episode 8/17

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Crise au Venezuela

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Empêtré dans une crise qui génère des manifestations quasi-quotidiennes depuis début avril, Nicolas Maduro multiplie les tentatives pour apaiser la vindicte populaire. En effet, en pleine faillite économique, le Venezuela connaît depuis avril des troubles et violences politiques qui ont fait plus de 80 morts.

En raison de l’inflation galopante et de la chute de la monnaie nationale, le bolivar ne représente que 11 euros par mois au marché noir.

Ainsi, le pays, miné par les pénuries, l’inflation et la criminalité, est presque à l’arrêt.

De son côté, le président Maduro, que l’opposition juge incompétent et autocratique, accuse les Etats-Unis de soutenir ses opposants. Il les soupçonne de vouloir contrôler les richesses pétrolières du pays.

Dans ce contexte, le chef de l’état vénézuélien ainsi annoncé dimanche 2 juillet une augmentation de 50% du salaire minimum. Pour cette troisième hausse (50% le 8 février et de 60% le 30 avril) depuis le début de l’année, ce revenu sera fixé à 97.351 bolivars. Soit 37 dollars au taux officiel ou 32 euros.

Dans le même temps, Nicolas Maduro a également déclaré que l’augmentation du bon alimentaire qui accompagne le salaire minimum, sera réévalué à 153.000 bolivars (environ 58 dollars, soit 51 euros).

Des mesures trompe-l’œil

Cependant, ces hausses ne permettent pas de compenser l’inflation. Ainsi, selon les prévisions du FMI, elle devrait être de 720% en 2017.

Or, pour Asdrubal Oliveros, un économiste de Santander Investment à Caracas, cette nouvelle augmentation du salaire minimum pourrait même alimenter encore l’inflation. Mais également réduire le pouvoir d’achat effectif des Vénézuéliens et faire augmenter encore davantage le chômage.

La devise vénézuélienne a d’ailleurs perdu 99,7% de sa valeur depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Maduro. Celui-ci a pris ses fonctions en avril 2013, après la mort de son mentor, Hugo Chavez.

Ainsi, mille dollars achetés en bolivars à cette époque n’en vaudraient aujourd’hui que trois.

Publié le lundi 3 juillet 2017 à 13:00, modifications jeudi 10 août 2017 à 16:24

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire