Monde

Venezuela : Nicolás Maduro déclaré largement vainqueur d’une présidentielle contestée

Nicolás Maduro a obtenu 67,7 % des voix, selon les résultats officiels. Son principal adversaire a déjà annoncé qu’il « ne reconnaît pas ce processus électoral ».

Le chef de l’Etat sortant du Venezuela, Nicolás Maduro, a été déclaré dimanche 20 mai vainqueur de l’élection présidentielle par l’autorité électorale. En effet, selon les résultats officiels, il a obtenu près de 70% des suffrages, après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins de vote.Le président sortant a donc été réélu jusqu’en 2025.

Un taux de participation le plus faible de l’histoire

Ainsi, le président socialiste sortant remporte 67,7% des voix contre 21,2% à son principal adversaire Henri Falcón. Toutefois, avec un taux de participation d’environ 46%, il s’agit là du taux le plus faible de l’histoire du pays. S’exprimant devant ses sympathisants, Nicolas Maduro s’est pourtant réjoui d’une « victoire historique ».

Jamais auparavant un candidat présidentiel n’avait gagné avec 68% des voix du peuple. Et jamais auparavant il n’avait 47 points d’avance sur le second candidat.

A-t-il scandé devant la foule réunie devant le palais de Miraflores.

Henri Falcon conteste le processus électoral

A l’annonce des résultats, Henri Falcón a rejeté le processus électoral, a annoncé la présidente du Conseil national électoral (CNE) Tibisay Lucena. Il a argué qu’il s’agissait d’une « tendance irréversible ». Or, l’ancien gouverneur Henri Falcon, n’a pas attendu la proclamation des résultats pour déclarer qu’il « ne reconnaît pas ce processus électoral ». Il a appelé à « de nouvelles élections en décembre », la date traditionnelle de la présidentielle au Venezuela. Pour mémoire, la présidence de Nicolás Maduro avait cette année convoqué une élection anticipée.

Nous ne reconnaissons pas ce processus électoral. Pour nous, il n’y a pas eu d’élection. Une nouvelle élection doit être organisée au Venezuela.

A déclaré le fondateur du parti Avancée progressiste (AP), lors d’une conférence de presse. Allant jusqu’à accuser le gouvernement d’avoir fait pression sur les électeurs.

10 millions de bolivars en échange de chaque vote

Ainsi, le farouche adversaire de Nicolás Maduro a pointé du doigt les « points rouges ». Ces tentes installées par le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), le parti au pouvoir. Après avoir voté, les électeurs sont venus s’y inscrire dimanche dans l’espoir de recevoir la récompense promise par le président.

12.711 points rouges ont été installés à travers le pays. Là, présume-t-on, ils ont reçu un virement de 10 millions de bolivars, après avoir voté. Ce qui représente 87,6% des 14.000 bureaux de vote.

A expliqué Henri Falcón, dénonçant la prolongation des horaires des lieux de scrutin. Mais aussi, l’expulsion de ses observateurs dans certains d’entre eux.

L’autre candidat de l’opposition, le pasteur évangélique Javier Bertucci, 48 ans, a également dénoncé l’élection quelques minutes après. Lui aussi a appelé à un nouveau vote. Enfin, outre l’opposition vénézuélienne, les Etats-Unis, l’Union européenne et le groupe de Lima, une alliance de 14 pays d’Amérique et des Caraïbes, ont également exprimé leur rejet de ce scrutin.

 

Publié le lundi 21 mai 2018 à 11:24, modifications lundi 21 mai 2018 à 11:22

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !