Monde

Turquie : Erdogan menace de dire « au revoir » à l’Union européenne

Le président Erdogan a prévenu les dirigeants européens que la Turquie se désengagerait du processus d’adhésion à l’Union européenne si celle-ci n’ouvrait pas de nouveaux chapitres de négociations.

Recep Tayyip Erdogan a décidé de mettre la pression sur l’Union européenne.

En effet, le président turc a mis en garde l’Europe ce mardi 2 mai. Ainsi, faute d’avancées dans les négociations sur une éventuelle adhésion d’Ankara à l’Union européenne, la Turquie dira « au revoir ».

Vous n’avez d’autre choix que d’ouvrir les chapitres que vous n’avez pas ouverts

A lancé Recep Tayyip Erdogan lors d’un discours à Ankara.

Si vous les ouvrez, très bien. Dans le cas contraire, au revoir.

Des tensions récurrentes entre la Turquie et l’Europe

En effet, les pourparlers pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne avaient débuté en 2005. Depuis, les relations entre les deux entités n’ont cessées d’être houleuses. De plus, des progrès semblent peu probables compte tenu des tensions récurrentes.

A présent, seuls seize chapitres sur 35 ont été ouverts. Le dernier ouvert en juin 2016 concernait les questions financières et budgétaires.

Cependant, la Turquie est considérée comme étant un partenaire important de Bruxelles. Principalement sur les deux dossiers sensibles que sont la lutte contre le terrorisme et la crise des migrants.

Par exemple, Ankara et Bruxelles ont conclu en 2016 un pacte qui a permis de réduire drastiquement le nombre de passages clandestins en Grèce depuis les côtes turques.

Pourtant, depuis la tentative de coup d’Etat contre Recep Tayyip Erdogan en juillet dernier et l’annulation de plusieurs meetings de soutiens du président turc dans certains pays européens, le climat s’est tendu entre l’Union européenne et le gouvernement turc.

En outre, le référendum d’avril qui a élargi les pouvoirs du président turc a fortement déplu aux dirigeants européens.

Enfin, l’éventualité d’un rétablissement de la peine de mort en Turquie a également mis en péril la candidature turque à l’entrée dans l’Union européenne. Car si cette mesure était adoptée, elle sonnerait le glas de l’adhésion du pays.

Pour l’heure, le président du Conseil européen, Donald Tusk, devrait avoir une discussion avec Recep Tayyip Erdogan lors d’un sommet de l’Otan prévu le 25 mai prochain à Bruxelles.

Malgré tout, le président turc a montré son impatience :

D’abord, vous devez vous occuper de ces chapitres, vous devez tenir vos promesses. Après cela, nous nous assiérons à la table. Dans le cas contraire, nous n’avons plus rien à discuter avec vous.

Auparavant, Recep Tayyip Erdogan avait déjà évoqué à plusieurs reprises une possible consultation populaire sur la poursuite, ou non, du processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

Publié le mercredi 3 mai 2017 à 8:42, modifications mardi 2 mai 2017 à 23:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !