Monde

Turquie : Après le putsch, Erdogan évoque la peine de mort et réclame Gülen

Après cette tentative de coup d’Etat, le Président Erdogan considère que la Turquie doit envisager le rétablissement de la peine de mort. Il a également demandé à Barack Obama d’extrader son adversaire, Fethullah Güllen, qui vit aux Etats-Unis.

C’est la loi dans un Etat démocratique d’analyser et de débattre de toute question.

A déclaré samedi 16 juillet Recep Tayyip Erdogan, devant des milliers de sympathisants à Istanbul. « Toutes les questions à débattre » concernent notamment le rétablissement de la peine de mort. En réponse au coup d’Etat fomenté par des militaires turques dans la nuit de vendredi 15 à samedi 16 juillet, qui a causé la mort d’au moins 290 personnes.

Le président turc envisage en effet que la peine capitale, qui a été abolie dans le pays en 2002, soit rétablie après un débat au Parlement.

Son Premier ministre, Binali Yildrim, a également abondé dans son sens.

Ces lâches se verront infliger la peine qu’ils méritent.

A-t-il déclaré en parlant des putschistes. Il a ajouté que la peine de mort devait être reconsidérée pour tous ceux qui ont laissé « une tâche noire » sur la démocratie.

Pour Recep Tayyip Erdogan et son chef de gouvernement des modifications législatives permettraient de s’assurer que de telles actions ne puissent pas se renouveler dans le futur.

The Independent a mentionné que le hashtag #Idamistiyorum (je veux la peine de mort), s’était hissé en tête des tendances Twitter en Turquie, mettant en avant qu’une ambiance de chasse aux sorcières régnait dans le pays depuis cette tentative de putsch.

Depuis dimanche matin ce sont près de 6 000 personnes qui ont été placées en garde à vue.

Nous allons continuer d’éliminer le virus de toutes les institutions étatiques

A déclaré, dimanche 17 juillet, Recep Tayyip Erdogan.

Hélas ce virus, comme un cancer, s’est propagé à tout l’Etat

A-t-il ajouté.

Dans le même temps, le Président turc a demandé au Président américain, Barack Obama, d’extrader Fethullah Güllen des Etats-Unis. En effet, le prédicateur est accusé par Ankara d’avoir préparé le coup d’Etat avorté.

Pourtant, le principal adversaire de Recep Tayyip Erdogan, qui vit reclus dans le nord-est des Etats-Unis depuis 1999, a nié toutes ces accusations en bloc lors d’un entretien au New-York Times. Il a même suggéré que le président turc pourrait être lui même l’instigateur du putsch.

L’homme enseigne un islam ouvert sur l’éducation et les sciences, mais aussi un dialogue interreligieux qui lui vaut des millions d’adeptes. Peu après le début du coup d’Etat, Fethullah Güllen avait vivement condamné les agissements des soldats rebelles.

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry a de son côté assuré que les Etats-Unis aiderait la Turquie à enquêter sur la rébellion. Il a également invité le Président Erdogan à fournir les preuves qui permettaient d’incriminer Fethullah Güllen

Publié le lundi 18 juillet 2016 à 11:40, modifications lundi 18 juillet 2016 à 10:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !