Monde

Turquie : A nouveau endeuillée par un double attentat à Istanbul 

Au moins 29 morts et 166 blessés

Le centre d’Istanbul a été frappé samedi soir par deux attaques à la bombe. Un premier bilan dénombre une trentaine de morts et 166 blessés. Dix personnes ont été interpelées et placées en garde à vue. 

La soirée du 10 décembre a été ensanglantée par une attaque terroriste à Istanbul, en Turquie. Cette année, la ville a déjà été secouée par plusieurs attaques liées soit à la rébellion kurde, soit aux djihadistes.

Le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu a annoncé qu’au moins 29 personnes avaient trouvé la mort et 166 avaient été blessées. Parmi elles, 27 policiers sont décédés.

Double attentat

Il s’agit d’un double attentat à la bombe dans le cœur de la capitale turque, entre la place Taksim et l’ancien palais de Dolmabahçe. Deux lieux stratégiques de la ville, dans un quartier très fréquenté de la rive européenne d’Istanbul, au croisement d’importants axes routiers et de lignes de transport en commun.

La première attaque s’est produite vers 22h30, aux abords du stade de football de la Vodafone Arena. Le lieu avait été inauguré en avril après plusieurs années de travaux pour remplacer le mythique stade Inönü, situé à deux pas du palais de Dolmabahçe qui accueille les bureaux stambouliotes du Premier ministre.

Une voiture piégée a explosé contre un car de transport des forces anti-émeute.

Quelques instants plus tard, un kamikaze se faisait exploser au milieu d’agents de police dans le parc de Maçka.

Le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu a par ailleurs indiqué qu’une dizaine de personnes en lien avec l’attaque avaient été interpellées. Elles ont été placées en garde.

Aucune revendication

Pour l’instant, le double attentat n’a pas été revendiqué. Cependant, selon les propos du vice-Premier ministre, Numan Kurtulmus :

Il s’agissait d’une attaque terroriste qui visait clairement les forces de police antiémeute.

Selon l’agence de presse gouvernementale Anadolu, le parquet antiterroriste d’Istanbul a ouvert une enquête sur les explosions.

L’attaque est similaire au mode opératoire des organisations rebelles (le Parti des travailleurs du Kurdistan). Ces dernières ont en effet pour habitude de s’en prendre à des véhicules de police sur le sol turc.

Toutefois, un attentat commis par l’État islamique n’est pas non plus à exclure. En effet, le groupe a été responsable de la mort de 36 personnes en mars derniers lors d’un attentat suicide sur l’avenue Istiklal à Istanbul.

Daesh avait également revendiqué l’attentat de l’aéroport d’Atatürk en juillet dernier qui avait fait 47 morts.

La communauté internationale a vivement réagit après ces deux attaques : l’ambassade des Etats-Unis à Ankara a condamné sur Twitter une « attaque lâche » et assuré se tenir « aux côtés du peuple turc contre le terrorisme ». Plusieurs pays européens ont également condamné cette attaque et exprimé leur solidarité avec la Turquie.

La France apporte son plein soutien à la Turquie dans cette nouvelle épreuve.

A déclaré François Hollande.

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a pour sa part exprimé sa :

Solidarité avec les citoyens turcs, avec les familles des victimes de l’attaque d’Istanbul.

Publié le dimanche 11 décembre 2016 à 12:29, modifications dimanche 11 décembre 2016 à 11:51

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !