Monde

Tunisie : les femmes libres de se marier avec des non-musulmans

Les circulaires ministérielles empêchant ces unions ayant été abolies, les femmes de confessions musulmanes sont libres de se marier avec des non-musulmans à annoncé aujourd’hui la porte-parole de la présidence.

C’est un grand jour pour les Tunisiennes, en effet , les circulaires qui empêchaient les femmes de se marier avec des non-musulmans vient d’être abolies. La porte-parole de la présidence de la République, Saïda Garrach, a annoncé, via Facebook, cette nouvelle.

تم الغاء كل النصوص المتعلقة بمنع زواج التونسية بأجنبي يعني بعبارة أوضح منشور 1973 و كل النصوص المشابهة له. مبروك لنساء تونس في تكريس حق حرية اختيار القرين

Publié par Saida Garrach sur jeudi 14 septembre 2017

Ont été annulés tous les textes interdisant le mariage d’une Tunisienne à un non-musulman, à savoir la circulaire de 1973 ; et tous les textes qui y ressemblent. Félicitations aux femmes de Tunisie pour l’enracinement du droit de choisir librement son conjoint 

Un pas de plus vers l’égalité homme-femme

Jusque là, les femmes qui désiraient se marier ou célébrer leur mariage avec un non-musulman devaient apporter la preuve par un certificat la conversion à l’islam de leur futur mari. Le président de la République Béji Caid Essebsi avait le 13 août dernier, lors de la Fête de la femme, fait deux annonces d’une portée historique. La première concerne la question de l’égalité successorale entre les sexes. La seconde est l’abolition des circulaires ministérielles interdisant le mariage d’une Tunisienne musulmane avec un non-musulman.

La condition de la femme évolue

La condition de la femme évolue en Tunisie même s’il reste un long chemin à parcourir. Les mentalités évoluent au fil du temps. En effet, comme en témoignent ces chiffes, les femmes députées sont plus présentes (75 sur un total de 217) dans l’Assemblée des représentants du peuple. 60 % des cadres médicaux, 41 % des magistrats, 43 % des avocats et 60 % des diplômées de l’université sont, par ailleurs, des femmes.

La Tunisie est considérée comme novatrice en matière de droits des femmes dans les pays arabes, mais comme le prévoit le Coran, elles continuent d’hériter généralement de la moitié de ce qui revient aux hommes. S’appuyant sur une interprétation de versets coraniques, la doctrine musulmane la plus ancienne autorise en revanche les musulmans à se marier avec une non-musulmane, sans que celle-ci ne soit formellement obligée de se convertir.

Publié le vendredi 15 septembre 2017 à 12:54, modifications vendredi 15 septembre 2017 à 16:38

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !