Monde

Trump annonce le retrait des Etats-Unis du Partenariat transpacifique

L'Australie et la Nouvelle-Zélande y croient encore...

En 2016, douze pays d’Amérique et d’Asie signaient le TPP, ce dernier visant à créer une nouvelle zone de libre-échange transpacifique. Engangés dans l’aventures, les Etats-Unis viennent tout juste de se retirer du projet après que Donald Trump ait signé l’acte de retrait du fameux traité commercial…

Il l’avait promis lors de sa campagne, il l’a fait. Donald Trump a ainsi signé le document attestant du retrait des États-Unis du traité de libre-échange transpacifique (TPP), lundi 23 janvier. Une signature qui signifie une chose : le texte ne pourra pas entrer en vigueur. Du moins, pour l’instant…

En effet, malgré le désistement des USA, d’autres pays continuent de croire à l’aventure. Parmi ceux-ci, l’Australie. Ainsi, pour Malcolm Turnbull, le premier ministre australien :

Ne plus avoir les États-Unis dans le TPP est une grande perte, cela ne fait aucun doute. Mais nous ne sommes pas près d’y renoncer. Il y a sûrement une possibilité de voir la Chine rejoindre le TPP.

LA CHINE À LA RESCOUSSE ?

Vous l’aurez compris : c’est donc vers la Chine que les signataires restants comptent désormais se tourner. Un avis loin d’être partagé par le Japon. Et pour cause, Shinzo Abe, le premier ministre japonais, ne voit visiblement pas les choses de la même manière puisqu’il déclare :

Le TPP sans les États-Unis n’aurait pas de sens. J’aimerais, patiemment, faire comprendre aux États-Unis la portée stratégique et économique de cet accord.

La solution envisagée par le premier ministre pour mener ce projet à bien ? Attendre la fin du mandat de Donald Trump. Il ajoute ainsi :

Le Japon pense que cela vaut la peine de maintenir le cadre actuel du TPP jusqu’à un possible retour des Etats-Unis au TPP sous la prochaine administration.

Initialement, l’accord concernait 40% des échanges commerciaux dans le monde. Il prévoyait une harmonisation des normes entre ces pays et, surtout, la suppression de droits de douane. La Chine a pour sa part été exclue du traité afin que son influence soit considérablement freinée.

Depuis son entrée à la Maison Blanche, il s’agit de la seconde « mesure choc » prise par Donald Trump. Ainsi, à peine investi, vendredi, que celui-ci signait un décret visant à modifier voire à supprimer l’Obamacare mise en place par son prédécesseur.

Publié le mardi 24 janvier 2017 à 11:33, modifications mardi 24 janvier 2017 à 10:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !