Monde

Attentats de Thaïlande : Les touristes de ligne en mire, “sabotage local” ou terrorisme ?

La Thaïlande a été victime d’attaques terroristes. Pas moins de onze attaques à la bombe ont eu lieu dans différentes régions du pays jeudi 11 et vendredi 12 août 2016. Le pays s’interroge sur les véritables motivations des auteurs dont les attaques n’ont toujours pas été revendiquées. Une série d’explosions a fait au moins quatre morts et une vingtaine de blessés, notamment dans la station balnéaire touristique de Hua Hin.

La police a écarté l’hypothèse d’un lien avec le terrorisme et penche vers la piste d’un sabotage local.

D’après le chef de la police nationale, Chakthip Chaijinda, les engins explosifs employés étaient semblables à ceux utilisés par les séparatistes de l’extrême sud thaïlandais. Malgré un mode opératoire similaire, l’un des responsables des forces de police pense que ce n’est pas une coïncidence et que ces attentats seraient liés au contexte politique national. En effet, les différentes attaques ont visé uniquement les provinces qui ont approuvé dimanche 7 août une nouvelle constitution proposée par la junte.

Chakthip Chaijinda, cité par l’agence Reuters, a déclaré :

Ceux qui ont une opinion différente pourraient vouloir porter atteinte à l’image du pays et frapper le secteur du tourisme.

La Thaïlande a déjà été en proie à des violences politiques ces dernières années. On pense notamment aux affrontements sanglants qui ont eu lieu en 2010 entre les « chemises jaunes », royalistes pro-establishment, et les « chemises rouges », partisans de l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra.

Les forces de police avaient été informées de l’imminence d’attaques, mais ne disposaient pas suffisamment d’informations quant à l’endroit et au moment où elles se dérouleraient. Hua Hin, cité balnéaire où ont eu lieu quatre des onze explosions, abrite un palais où le souverain a passé une majeure partie de son temps. Et le 12 août est une date clé puisqu’elle marque l’anniversaire de la reine Sirikit, figure glorifiée.

Le premier ministre, Prayuth Chan-ocha, a également fait le lien avec ses opposants :

Pourquoi cela s’est-il produit maintenant que la situation du pays s’améliore ? Qui ne veut pas voir la Thaïlande aller mieux ? Allez me le dire.

De même que pour le chef de la junte qui a déclaré :

Il y a des gens mauvais et ils ont agi avant le référendum et encore maintenant, l’un des jours les plus importants pour notre nation.

Publié le dimanche 14 août 2016 à 9:21, modifications dimanche 14 août 2016 à 13:56

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !