Monde

Taïwan : Des scènes de pugilat au parlement

Les députés Taïwanais en sont venus aux mains, mardi, pour la troisième fois en une semaine.

Un projet contesté

Il est juste de dire que le gouvernement taïwanais et ses opposants se battent littéralement pour leurs idées. Pour le troisième jour d’affilé, une bagarre de masse a éclaté au parlement. En effet, les députés ont abandonné l’idée d’un débat rationnel en faveur de lancer de chaises et de ballons d’eau. Les scènes de pugilat ont fait le tour des réseaux sociaux.

Les raisons d’un tel chaos ? La décision de la présidente Tsai Ing-wen. Cette dernière prévoit de nouvelles lignes ferroviaires, des dispositifs de prévention des inondations et des infrastructures écologiques. Mais l’opposition affirme que ce projet favorise les villes et comtés tenus par le Parti démocratique progressiste (PDP) de la présidente. Elle viserait avec ce projet à s’assurer d’un soutien non négligeable aux prochaines élections régionales. Les détracteurs du projet dénoncent aussi son coût, de l’ordre de 420 milliards de dollars taïwanais (12 milliards d’euros).

Chaos total

Une bagarre générale au parlement s’est produite 24 heures après que deux politiciens en sont venus aux mains. Les deux hommes ont essayé de s’étrangler de façon dramatique à la télévision en direct. 

Le Premier ministre Lin Chuan a même été empêché de publier son rapport sur le budget hier après avoir reçu un ballon d’eau sur la tête. Vendredi, il a été incapable de s’exprimer alors que le chaos éclatait une nouvelle fois autour de lui. En effet, les législateurs de l’opposition ont soulevé de grandes chaises de bureau pour l’empêcher de présenter son rapport. Très rapidement la session a été suspendue. Un député a été envoyé à l’infirmerie de l’Assemblée en raison d’un malaise.

Mardi, le pugilat a repris, les députés en venant une fois de plus aux mains. L’opposition a débranché les haut-parleurs pour empêcher les élus du PDP de s’exprimer.

Les députés veulent montrer à leurs électeurs qu’ils se battent pour défendre leur cause

a déclaré un journaliste local.

Cependant, lui et d’autres Taïwanais affirment aussi que ses bagarres diffusées dans le monde entier sont humiliantes et ne font pas avancer la démocratie.

Publié le jeudi 20 juillet 2017 à 14:37, modifications jeudi 20 juillet 2017 à 14:37

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !