Monde

Syrie : Omran, 5 ans, nouveau symbole de l’horreur de la guerre

Le petit garçon a été sauvé des décombres de sa maison après un bombardement à Alep. Sa photo a immédiatement fait le tour du monde en devenant le symbole de la guerre qui ravage la Syrie depuis 5 ans.

Son visage couvert de poussière et de sang a fait la une de la plupart des journaux occidentaux ce vendredi 19 août. Le petit garçon de 5 ans s’appelle Omran Daqneesh et rappelle au monde entier que la guerre civile n’a pas cessé de faire des ravages en Syrie depuis 2011.

La photo le montre assis sur un fauteuil à l’arrière d’une ambulance alors qu’il vient de survivre à un bombardement à Alep (dans le nord-ouest du pays), soit par l’aviation de Bachar al-Assad, soit par celle de la Russie (le ministère russe de la Défense ayant précisé que les forces aériennes du pays ne frappaient pas les cibles situées à l’intérieur des zones peuplées).

Le cliché est saisissant tant le petit garçon apparaît calme. Entre les allers-retours des sauveteurs, Omran porte sa main à sa blessure à la tête et observe le sang sans cri.

Massivement partagée sur les réseaux sociaux, l’image illustre une nouvelle fois l’horreur d’une guerre sans fin.

Quelques heures plus tard, le médecin qui a soigné l’enfant a donné des nouvelles rassurantes :

Omran a été chanceux. Il avait seulement une plaie dans le cuir chevelu. D’autres enfants sont morts ou paralysés, et leurs histoires ne sont pas parvenues aux oreilles du monde.

Il a également ajouté que ses parents étaient en vie, mais que trois personnes étaient décédées dans cette attaque.

Rapidement, l’histoire d’Omran a fait le tour du monde en devenant un symbole, comme Aylan, le petit garçon retrouvé mort sur une plage de Bodrum, en Turquie, en septembre 2015.

En France, pour Libération, Omran a « réveillé les regards du monde sur la Syrie » en ajoutant que sa photo « tient du symbole d’une ville martyre ».

Pour Le Figaro, il s’agit « d’un visage bouleversant ».

Le journal La Croix a rappelé que l’enfant a 5 ans « c’est-à-dire qu’il n’a rien connu d’autre que la guerre dans son pays natal, la Syrie »

Aux Etats-Unis, le petit garçon est « le vrai visage de la guerre en Syrie, débutée en mars 2011 ».

omran_presse

En effet, plus de 300 000 Syriens ont été tués lors cette guerre civile. Le calvaire des habitants d’Alep ne cesse d’augmenter et prend une tournure de plus en plus dramatiques. En effet, les attaques se sont intensifiées ces dernières semaines.

Publié le vendredi 19 août 2016 à 16:50, modifications vendredi 19 août 2016 à 16:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !