Monde

Russie : Succès pour le test du Kinjal, la nouvelle arme « invincible » de Moscou

Qualifié par Vladimir Poutine “d’arme invincible”, Kinjal, le nouveau missile russe a été testé pour la première fois avec succès.

Un communiqué du ministère russe de la Défense, a annoncé dimanche 11 mars que le tir d’essai du missile Kinjal (le poignard en français), considéré comme « invincible » par Vladimir Poutine, avait été une réussite.

Le missile a atteint sa cible

L’essai s’est déroulé comme planifié, le missile hypersonique a atteint sa cible.

A-t-il affirmé. Par ailleurs, le ministère a précisé que le missile Kinjal se trouvait à bord d’un chasseur russe MiG-31 ayant décollé de l’aéroport du district militaire sud. Dans une vidéo, deux pilotes montrent l’engin rivé sous le MiG-31. Puis le chasseur russe décoller et atterrir, sur fond de musique guerrière.

Les missiles aériens de haute précision Kinjal sont destinés à détruire des cibles terrestres et maritimes.

A détaillé le ministère de la Défense, assurant qu’il « n’existe pas d’équivalent au missile Kinjal dans le monde ». Les MiG-31 ont dû être modernisés afin de pouvoir transporter les missiles Kinjal, a précisé sur Facebook le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine.

Ce premier lancement d’un missile Kinjal intervient à une semaine de l’élection présidentielle du 18 mars prochain. Or, dans un discours devant le Parlement russe le 1er mars, Vladimir Poutine avait assuré que la vitesse des Kinjal était dix fois plus élevée que celle du son. En outre, ils pouvaient déjouer les systèmes antimissiles existants. Dans cette même allocution, le président russe avait affirmé que ces missiles ainsi que d’autres nouvelles armes russes « de portée illimitée », « hypersoniques » ou laser, étaient « invincibles ». Il avait alors invité les Occidentaux à prendre la mesure de la puissance militaire retrouvée de la Russie. Toutefois, il avait assuré qu’il « ne menaçait personne ».

Les Russes voteront le 18 mars pour élire leur président. Vladimir Poutine sera opposé à sept candidats. Néanmoins, les concurrents du chef du Kremlin ont peu de chance de créer la surprise. En effet, toujours aussi populaire 18 ans après sa première arrivée au pouvoir, il est crédité de plus de 70% des intentions de vote.

Publié le lundi 12 mars 2018 à 13:34, modifications lundi 12 mars 2018 à 12:21

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !