En Russie, frapper sa femme n’est passible que d’une petite amende

Cette loi délétère a aggravé les violences domestiques en Russie.

L’année dernière, la Russie avait créé une polémique importante en votant une loi visant à alléger les peines encourues par les auteurs de violences domestiques.

Une mesure d’un autre temps

C’est le 25 janvier 2017 que cette loi a été votée au parlement russe. Elle a d’ailleurs bénéficié d’une majorité absolue de 385 voix, avec seulement 2 députés s’étant exprimés contre. Un cas de figure impensable pour les pays d’Europe occidentale.

Cette nouvelle loi dispose qu’un acte violent dans un cadre familial n’entraînant aucune hospitalisation sera passible d’une simple amende. Avant cette loi, un mari violent encourait 2 ans de prison. Battre sa femme n’est donc même plus du ressort du pénal et expose l’auteur d’un tel acte à une simple sanction administrative.

L’ancien journaliste du “Quotidien” de Yann Barthès, Hugo Clément, a d’ailleurs fait le voyage jusqu’à Moscou pour en savoir plus sur la perception populaire de cette nouvelle mesure. Il y a interrogé un homme dont les réponses surréalistes ont beaucoup choqué.

Modifié : 9 février 2018 14 h 40 min

Voir les commentaires (1)

Ce site utilise des cookies.