Monde

Royaume-Uni : Les français victimes d’insultes depuis le vote du Brexit

Lors d’une audition devant la Chambre des Lords, Sylvie Bermann, l’ambassadrice de France à Londres, a fait part de l’atmosphère tendue entre les britanniques et les ressortissants français depuis le vote du Brexit.

STORY - Episode 23/58

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Brexit

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Le 23 juin dernier, les britanniques votaient à la majorité la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Un vote qui a fait l’effet d’un véritable séisme politique alors que la plupart des analystes s’accordaient à dire qu’une telle issue ne pouvait voir le jour. Mais depuis ce fameux Brexit, l’atmosphère entre les britanniques et les ressortissants français s’est considérablement tendue, comme l’a attesté Sylvie Bermann, l’ambassadrice de France à Londres, le 25 octobre, lors d’une audition devant la Chambre des Lords.

En effet, c’est au cours de cet entretien que la diplomate a fait part de son inquiétude face aux « insultes et aux commentaires agressifs » que les 300.000 français vivant actuellement outre-Manche subissent depuis plusieurs mois :

Certains ont subi un langage agressif ou négatif. Ils n’étaient pas habitués à ce genre de traitement dans un pays où beaucoup d’entre eux habitent depuis des décennies.

Évoquant ensuite «  des remarques désagréables dans le métro », Sylvie Bermann ajoute :

Certains se sentaient londoniens avant le 23 juin et ils se sentent aujourd’hui des étrangers. Ils ont l’impression d’être moins les bienvenus qu’avant.

De son côté, le ministère de l’Intérieur britannique constate lui aussi une augmentation du nombre d’agressions à caractère raciste ou religieux depuis les résultats du référendum. Et pour cause, en juillet, ce sont pas moins de 5.500 incidents qui ont été enregistrés, soit une hausse de 41% par rapport à juillet 2015, comme le précise Le Monde. Outre les français, la communauté roumaine et la communauté polonaise se trouvent elles aussi particulièrement touchées par cette montée inquiétante des tensions.

Theresa May, la première ministre britannique, a pour sa part tenu à rassurer en indiquant que les Européens déjà installées outre-Manche auront le droit de rester, à une condition cependant : que la même chose soit autorisée aux Britanniques vivant dans les autres pays de l’UE.

Publié le dimanche 30 octobre 2016 à 12:42, modifications lundi 19 mars 2018 à 15:48

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct