Monde

Le QG de campagne de Hillary Clinton évacué après la découverte d’une enveloppe suspecte

Le QG de campagne de la candidate démocrate à la présidentielle américaine, Hillary Clinton, a été évacué vendredi soir suite à la découverte d’une enveloppe suspecte. Après les débats houleux entre Trump et Clinton, les révélations des courriers électroniques par WikiLeaks, la campagne américaine vient de prendre une tournure encore plus dramatique et inquiétante.

Les locaux de la campagne de la candidate Hillary Clinton sont situés dans la ville de New York. D’après des sources policières, une procédure d’évacuation en urgence a été décrétée après la découverte d’une substance blanche dans une enveloppe.

L’alerte a été donnée par deux stagiaires qui ont ouvert la lettre et découvert la substance dans une permanence de la campagne à Manhattan.

Selon un porte-parole des services de police de New-York, l’enveloppe a été portée ensuite au QG de campagne de Clinton, à Brooklyn. Les autorités ont préféré procéder à l’évacuation du 11ème étage du bâtiment par mesure de précaution afin d’éviter tout risque de contamination ou d’exposition à cette substance inconnue.

Quatre personnes ont été directement exposées à ce produit d’origine inconnu, présent sur l’enveloppe.

Des analyses menées par la police sont en cours afin d’identifier avec exactitude l’origine de cette substance inconnue et de déterminer si elle présente des risques éventuels pour la population et s’il s’agit d’une arme bactériologique.

Personne ne serait encore tombé malade suite à l’ouverture de cette lettre.

Suite à cette affaire et si les résultats d’analyse démontraient que la substance était dangereuse, la ville de New York pourrait replonger dans la psychose qui avait suivi les attentats du 11 septembre 2001. De nombreuses lettres avaient été envoyées le 18 septembre 2001 à des grands médias américains et des sénateurs. Les lettres contenaient des bacilles du charbon. Cinq personnes étaient mortes suite à l’ouverture des lettres dans cette affaire dite de l’anthrax selon l’appellation des médias français.

Un chercheur américain, Bruce Ivins, avait été suspecté d’être derrière ces envois de lettres. Le mystère de cette affaire n’a jamais pu être élucidé. Bruce Ivins s’est suicidé en juillet 2008 juste avant sa mise en examen.

La campagne présidentielle américaine connait ses derniers instants avant le vote de novembre.

Cette nouvelle lettre contaminée n’est pas de bon augure pour le bon déroulement et la suite de la campagne.

Publié le samedi 22 octobre 2016 à 16:05, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:24

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !