Monde

Présidentielle en Turquie : Vladimir Poutine félicite Recep Tayyip Erdogan et salue sa « grande autorité politique »

Alors que Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont noué une relation étroite, le président russe a envoyé ses félicitations au président turc, réélu dès le premier tour.

Le président russe Vladimir Poutine a félicité lundi 25 juin Recep Tayyip Erdogan pour sa réélection à l’élection présidentielle. Selon le président russe, cela témoigne de la « grande autorité politique » du chef de l’Etat turc.

Alliance renforcée entre la Turquie et la Russie

Dans la soirée de dimanche 24 juin, Recep Tayyip Erdogan revendiqué sa victoire devant des militants. Ces derniers célébraient également les résultats aux élections législatives, organisées le même jour. Celles-ci marquaient notamment le passage du système parlementaire en vigueur à un régime présidentiel voulu par le président Erdogan.

Ainsi, si des voix dénoncent une dérive autoritaire, d’autres saluent cette large victoire. A l’instar de Vladimir Poutine. En effet, dans un télégramme de félicitations, le chef d’Etat russe s’est montré dithyrambique :

Les résultats de l’élection attestent pleinement de la grande autorité politique de Recep Tayyip Erdogan. Et du large soutien au cap fixé sous sa direction.

Recep Tayyip Erdogan, qui règne sur la Turquie depuis 15 ans et a été réélu pour un nouveau mandat de cinq ans, a noué une relation étroite avec Vladimir Poutine ces dernières années. En 2017, les deux dirigeants souvent controversés, notamment dans leurs relations avec l’Occident, se sont rencontrés à huit reprises. Ils seraient également fréquemment en contact par téléphone.

Les liens commerciaux entre la Russie et la Turquie se sont aussi resserrés récemment. Pour preuve, la construction de la centrale nucléaire d’Akkuyu, dans la région de Mersin (dans le sud de la Turquie), par le géant russe Rosatom. Et outre, avec l’Iran, la Russie et la Turquie ont constitué un groupe de travail sur le dossier syrien. Enfin, les deux présidents ont aussi dit avoir conclu un accord portant sur l’achat par la Turquie, pourtant membre de l’Otan, de systèmes russes de défense anti-aérienne S-400. Ce qui n’a pas manqué d’irriter les Etats-Unis.

La Commission européenne attend l’évolution finale sur la tenue des élections

Si en France, le président Emmanuel Macron ne s’est pas encore exprimé sur cette victoire, d’autres chefs d’Etat ont félicité le président Erdogan. Ainsi, le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a estimé que « la stabilité de la Turquie est une bonne nouvelle » pour l’Europe. Le secrétaire général de l’Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, en a fait de même. Toutefois, il a tout de même rappelé les « valeurs fondamentales » de l’Alliance.

Enfin, la Commission européenne a exprimé son souhait de voir la Turquie rester « engagée » avec l’Union européenne « sur sujets majeurs d’intérêt commun, comme la migration, la sécurité, la stabilité de la région et la bataille contre le terrorisme ». Par ailleurs, la Commission européenne a dit « attendre l’évaluation finale » de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sur la tenue des élections.

Publié le lundi 25 juin 2018 à 14:49, modifications lundi 25 juin 2018 à 14:49

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !