Monde

Présidentielle en Egypte : Une première estimation annonce la réélection de Sissi avec plus de 90% des voix

Les opérations de dépouillement se poursuivent en Égypte. Comme attendu, le président candidat à sa réélection Abdel Fattah Al-Sissi a obtenu 92% des voix, selon les premières estimations. 

Le président sortant égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a obtenu 92% des voix à l’élection présidentielle, selon les premières estimations publiées ce jeudi 29 mars par la presse d’État.

Celle-ci a également annoncé un taux de participation inférieur à 50%. Les résultats officiels seront proclamés le lundi 2 avril.

23 millions de votants

Les bureaux de vote ont fermé mercredi 28 mars à 22 heures, après une courte prolongation d’une heure. Dès lors, aucun chiffre officiel sur la participation n’avait été publié à la clôture du scrutin. Ainsi, selon le quotidien Al-Ahram, Abdel Fattah Al-Sissi a obtenu 92% des voix. Représentant quelque 23 millions d’électeurs. Par ailleurs, selon Le Figaro, le quotidien d’Etat Akhbar al-Youm et l’agence officielle Mena fournissent des chiffres identiques. Selon Al-Ahram, 25 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes, sur près de 60 millions de personnes inscrites sur les listes.

Il s’agissait d’une élection sans suspense, puisque le président sortant Abdel Fattah al-Sissi était assuré de la victoire. Son seul adversaire, Moussa Mostafa Moussa, n’ayant concouru que pour la forme. En effet, ce dernier, inconnu du grand public et partisan affiché du chef de l’Etat, a remporté 3% des voix selon les estimations d’Al-Ahram. Pour mémoire, d’autres candidats potentiels, parfois plus crédibles que Moussa Mostafa Moussa ont été soit emprisonnés pour violation de la loi. Soit parce qu’ils se sont dits découragés par les pressions des autorités.

La participation, seul enjeu

Or, faute de réelle opposition, la participation était donc le seul enjeu du scrutin. Ainsi, dans les médias ou les espaces publics, les Egyptiens étaient appelés à aller voter. En effet, de nombreux témoignages ont été recueillis pendant les trois jours de vote (de lundi à mercredi) montrant les maintes incitations à se rendre aux urnes. De plus, la menace d’une amende de 500 livres (près de 22 euros) a été brandie par l’Autorité nationale des élections. Celle-ci a rappelé que cette disposition existait dans la loi égyptienne pour sanctionner les abstentionnistes. Or, pendant toute la durée du scrutin, des véhicules ont sillonné les rues en Egypte en appelant à la participation. Avec parfois des distributions de nourriture et de boissons. Ainsi, tout a été mis en œuvre pour que les Egyptiens votent.

Dans ce contexte, le pouvoir redoute surtout un taux d’abstention élevé, susceptible de décrédibiliser l‘élection. À la présidentielle de 2014, le taux de participation avait atteint les 37 % après deux jours de scrutin, puis 47,5 % après une prolongation d’une journée. Néanmoins, pour cette élection présidentielle, le taux de participation se placerait autour de 40%, selon la presse d’Etat.

Publié le jeudi 29 mars 2018 à 13:00, modifications jeudi 29 mars 2018 à 12:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !