Monde

Premier raid mené sous Trump contre Al-Qaïda : 57 morts

Au moins 41 membres présumés d’Al-Qaïda mais aussi des femmes et des enfants ont été tués dimanche dans le premier raid conduit au Yémen par les Etats-Unis depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Dimanche 29 janvier, la première opération anti-terroriste d’envergure des Etats-Unis depuis la prise de pouvoir de Donald Trump a été menée au Yémen. 41 membres présumés d’Al-Qaïda, dont des chefs, ainsi que huit femmes et huit enfants ont été tués.

Selon un responsable yéménite à l’AFP, l’opération a été menée tôt le matin à Yakla, dans la province de Baïda, au centre du Yémen. Des drones et des hélicoptères Apache, munis de mitrailleuses lourdes, ont pris pour cible des repaires d’Al-Qaïda. Parmi ces lieux, une école, une mosquée et un dispensaire. Le chef local d’Al-Qaïda, identifié comme étant Abou Barzane et de nationalité étrangère, figure parmi les personnes tuées durant ce raid.

Un soldat américain tué

Le bilan du gouvernement des Etats-Unis fait état d’un soldat américain mort, et de quatre autres blessés.

D’après le Commandement américain en charge des opérations dans la région (CENTCOM), un appareil militaire “a connu un atterrissage forcé et brutal“, non loin du lieu où se déroulait l’opération. Il a finalement été “intentionnellement détruit“. Des combattants d’Al-Qaïda ont “résisté à l’assaut américain en tirant à l’arme automatique“, précise également une source tribale.

Le mouvement extrémiste dispose de deux camps d’entraînement, au moins, dans cette région montagneuse.

“Nous ne les voulons pas ici”

A environ 300 kilomètres du lieu de l’opération, ce même dimanche, 90 rebelles et 19 soldats ont été tués au Yémen. Ces combats ont pour objet le contrôle des zones côtières sur la mer Rouge. Depuis mars 2015, plus de 7 400 personnes ont été tuées et près de 40 000 blessées dans la guerre, selon l’OMS.

Un décret publié samedi 28 janvier sur l’immigration aux Etats-Unis vise sept pays majoritairement musulmans, dont le Yémen. Donald Trump a ainsi promis de s’attaquer aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI) et d’Al-Qaïda. Le président américain a déclaré “nous ne les voulons pas ici”. Et d’ajouter :

Nous voulons être sûrs que nous ne laissons pas entrer dans notre pays les mêmes menaces que celles que nos soldats combattent à l’étranger (…) Nous n’oublierons jamais les leçons du 11 Septembre 2001.

Publié le lundi 30 janvier 2017 à 11:36, modifications lundi 30 janvier 2017 à 10:45

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vu sur le web

Vers le top