Monde

Avant elle posait seins nus, maintenant elle est candidate au djihad

Kimberley Miners était connue pour avoir posé seins nus dans le célèbre quotidien The Sun. La jeune anglaise de 27 ans est aujourd’hui soupçonnée d’être en contact avec un recruteur de l’Etat islamique, qui tente de l’enrôler pour rejoindre ses rangs de combattants en Syrie.

Kimberley Miners, une jeune anglaise de 27 ans, est actuellement dans le collimateur du MI5, les services de renseignements britanniques.

Comme l’a indiqué le Daily Mail dans son édition du 5 septembre, les services antiterroristes britanniques ont mis l’ancienne pin-up sous haute-surveillance et lui ont ordonné de cesser toute activité en lien avec l’Etat islamique sur Internet.

Celle qui était une habituée de la Page Three (page de charme) du quotidien The Sun et qui aimait se dénuder devant l’objectif a radicalement changé de vie.

En effet, Kimberley Miners, originaire de Bradford (dans le Yorkshire) s’est convertie à l’islam il y a quelques années, pour « trouver la paix » après le décès de son père.

Les services de police ont pu tracer qu’elle avait déjà effectué deux voyages en Turquie et s’était rendue dans des camps de réfugiés à la frontière syrienne à plusieurs reprises.

De plus, ils ont également découvert que Kimberley Miners montrait des signes inquiétants de radicalisation, notamment sur sa page Facebook où elle a partagé plusieurs vidéos violentes qui relayent la propagande de l’Etat islamique. Plus grave, le MI5 a mis en exergue qu’elle avait été en contact avec un homme appelé Abu Usamah al-Britani. L’homme, dont la véritable identité n’est toujours pas connue, est réputé pour être un recruteur de l’organisation terroriste, chargé d’enrôler des jeunes femmes occidentales afin de les marier à des combattants jihadistes.

Le Daily Telegraph, Kimberley Miners serait actuellement suivie par un programme de déradicalisation.

Kimberley Miners, qui se fait désormais appeler Aisha Lauren al-Britnaiya, a reconnu aisément qu’elle était en contact avec l’un des recruteurs de l’organisation terroriste.

Je suis passée du glamour à quelque chose de tout à fait différent. Mais là aussi vous vous posez des questions. Vous n’avez pas d’ennuis quand vous ne portez rien, mais dès que vous mettez un voile, vous êtes accusée d’extrémisme

La jeune femme s’est défendue de vouloir épouser un jihadiste et a dit condamner les décapitations.

Cependant, elle a admis avoir été intéressée par l’idée de voyager jusqu’en Syrie afin de « participer à des actions de charité ».

La presse britannique souligne que son histoire rappelle celle d’une autre jeune femme anglaise, Sally Jones. Cette dernière, une ancienne rockeuse punk originaire du Kent (dans le sud-est de l’Angleterre) avait tout quitté pour rejoindre, enfant sous le bras, un combattant de l’Etat islamique qu’elle avait connu, elle aussi, sur Internet.

Publié le mardi 4 octobre 2016 à 13:49, modifications mardi 4 octobre 2016 à 13:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !