Monde

Portugal : Un tribunal de Porto justifie la violence conjugale

Une décision de justice prise au Portugal a provoqué de vives discussions dans le pays. Les juges d’un tribunal de Porto ont accordé des circonstances atténuantes à un homme qui a tabassé sa femme parce qu’elle lui a été infidèle… Retour sur cette décision controversée.

Alors que le nombre de victimes de violences conjugales augmente, une autre affaire du même type passionne les Portugais depuis quelques jours. De fait, un homme a échappé à la prison après avoir violemment frappé sa femme. Il lui reproche d’avoir été infidèle.

Des faits terribles

Les faits se sont déroulés en 2015 à Porto, au nord du Portugal. Pendant deux mois, une femme trompe son mari, avant de mettre fin à cette relation extra-conjugale. Suite à cette rupture, l’amant de cette dernière, très amoureux, décide de la dénoncer à son mari. Ce qui conduit à leur divorce.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Les deux hommes, l’amant et le mari, sont extrêmement en colère contre la femme. Ils décident alors de l’enlever pour se venger. Tandis que l’amant maintient la femme, le mari la bat avec une batte cloutée. Une véritable scène d’horreur.

L’affaire est jugée après le dépôt de plainte de la victime. L’ex-mari est alors condamné à 15 mois de prison avec sursis et à une amende de 1750 euros alors que le ministère public réclamait une peine de trois ans et six mois ferme. L’amant lui n’écope que d’une peine de prison avec sursis et d’une très faible amende.

Une décision incompréhensible

Le procureur estime alors que la justice a été trop clémente à l’égard des deux hommes. Mais les deux juges, Neto de Moura et Maria Luísa Abrantes, restent sur leurs positions, accordant des circonstances atténuantes à l’accusé. Le verdict tombe : la cour d’appel de Porto a suspendu les peines le 11 octobre dernier.

Les juges ont alors expliqué :

De nos jours, l’adultère commis par une femme est une attaque très sérieuse contre l’honneur et la dignité d’un homme. Dans certaines sociétés, la femme adultère est lapidée à mort. Dans la Bible, on peut lire que la femme adultère sera punie par la mort.

Ils affirment que l’immoralité sexuelle de la femme a engendré une forte dépression chez son ex-mari. D’ailleurs, les deux juges ont appuyé leurs déclarations sur une loi qui date de 1886 :

Ces références sont destinées à souligner que la société a toujours fortement condamné l’adultère par une femme et que la violence commise par un homme trahi et humilié est considérée avec une certaine compréhension.

Une immense colère

Cette décision a créé une immense colère au Portugal. Plusieurs associations féministes crient au scandale, et parlent d’une décision machiste et archaïque. Elles rappellent également que l’utilisation de la Bible par des juges n’est pas justifiée puisque l’Église et l’État sont séparés. Sans compter que cette décision pourrait encourager les violences faites aux femmes.

Une manifestation est prévue à Lisbonne dès vendredi 27 octobre pour protester contre cette décision. Interpellé par la population, Marcelo Rebelo de Sousa, le président portugais, rappelle qu’en tant que chef de l’État il se devait “de faire respecter la constitution […] de 1976”.

Publié le vendredi 27 octobre 2017 à 12:26, modifications vendredi 27 octobre 2017 à 11:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !