Monde

Pont de Gênes : L’architecte italien Renzo Piano propose un nouveau pont qui devrait « durer 500 ans »

Renzo Piano, l’architecte et sénateur à vie italien, a révélé des plans qu’il a réalisés gratuitement. Il s’agit d’une nouvelle structure pour remplacer le pont de Gênes qui s’est effondré en août.

Le très réputé architecte italien Renzo Piano a révélé vendredi 7 septembre les plans d’un nouveau pont pour la ville de Gênes, dont il est natif.

Ce pont devra durer 500 ans et être en acier.

A ainsi déclaré Renzo Piano lors d’une conférence de presse. Celle-ci s’est tenue dans cette ville portuaire du nord-ouest de la péninsule qui a fait la une de l’actualité mondiale le 14 août dernier lorsque le viaduc Morandi, qui enjambait Gênes pour faire passer l’autoroute vers la France, s’est effondré. Selon les autorités italiennes, ce drame a causé la mort de 43 personnes.

Le pont Morandi totalement détruit fin septembre

Il aura quelque chose d’un bateau, parce que c’est quelque chose de Gênes. Et ce sera un pont plus fin, qui aura une luminosité à lui. Il devrait être blanc.

A ainsi détaillé l’architecte octogénaire. Pour Renzo Piano, l’édifice « doit rappeler son histoire terrible et métaboliser le deuil de la ville ». Or, s’il a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas « se précipiter », le président de la région de Ligurie, Giovanni Toti, a assuré que le nouveau pont serait prêt à l’automne 2019, « au plus tard en novembre ».

Par ailleurs, la démolition de ce qui reste du pont doit débuter avant la fin du mois de septembre. Toutefois, cette opération de déblaiement va nécessiter la destruction d’une partie des habitations situées en-dessous. Ainsi, le maire de la ville, Marco Bucci, a annoncé le lancement dans les prochains mois d’un concours international pour reconstruire « un très beau quartier » sous le pont.

Nous voulons transformer la tragédie en une grande opportunité pour Gênes. A la fin, nous aurons une ville encore plus belle qu’avant. Pendant des siècles, Gênes a fait de grandes choses. Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas continuer.

A clamé l’édile génois.

La reconstruction confiée à une entité publique

En outre, la justice a officiellement annoncé jeudi 6 septembre qu’une enquête était ouverte contre une vingtaine de personnes. Et notamment contre le gestionnaire de la portion d’autoroute du pont, Autostrade per l’Italia (Aspi). Cette société est une filiale du groupe italien Atlantia. Contrôlé par la famille Benetton, le titre boursier a perdu 30% de sa valeur à la Bourse de Milan depuis le drame. Ainsi, les chefs retenus pour l’instant sont l’homicide involontaire et le manquement aux règles de sécurité, a précisé le parquet. À l’issue de l’enquête, le parquet pourra choisir de classer tout ou partie de l’affaire ou de demander le renvoi en jugement.

Présents à la conférence de presse, des responsables d’Aspi et Fincantieri (une société de construction navale italienne) ont évoqué un possible consortium pour reconstruire le pont. Cependant, en début de semaine, le ministre des Infrastructures, Danilo Toninelli, avait assuré qu’Aspi « ne reconstruirait pas le pont, mais paierait tout ». Pour lui, la reconstruction devrait être confiée à une entité publique. Enfin, selon Giovanni Toti, les dirigeants d’ArcelorMittal, actuellement en train de reprendre le sidérurgiste italien Ilva, dont un site important se trouve à Gênes, se sont dits prêts à fournir l’acier pour le pont.

Publié le dimanche 9 septembre 2018 à 12:01, modifications dimanche 9 septembre 2018 à 10:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !