Monde

Le Parlement Israélien autorise la prison pour faits “terroristes” à partir de 12 ans

Face aux violences commises par de jeunes adolescents, le Parlement a décidé qu’à partir de 12 ans, une personne peut être condamné pour des actes terroristes.

Face à une série d’attentats commis par de jeunes palestiniens, le Parlement Israélien a décidé que 12 ans est l’âge minimum pour être jugé et condamné. La Knesset (assemblée en hébreu) l’a affirmé sur son site Internet.

Une nouvelle loi permettra aux autorités d’emprisonner un mineur reconnu coupable d’un crime grave comme un meurtre, une tentative de meurtre ou un homicide, même si il ou elle a moins de 14 ans.

Ainsi, le but de la loi est d’abaisser l’âge minimal à 12 ans. Avant, l’âge minimal était fixé à 14 ans. La loi a été proposée par Anat Berko, une députée du parti droit. Mardi 2 août, le texte a été définitivement adopté après une troisième lecture par le Parlement. La portée du texte est importante dans un moment où les attentats au couteau ou à la voiture se multiplie en Israël. Des attentats souvent commis par des adolescents.

La députée a déclaré défendre une “approche plus agressive”.

Peu importe à ceux qui sont assassinés d’un coup de couteau dans le coeur que l’enfant ait 12 ou 15 ans.

Récemment, Ahmed Manasra, un jeune palestinien âgé de 13 ans, avait été arrêté après avoir été renversé par une voiture. Les faits remontent à octobre 2015 dans le quartier de Pisgat Zeev, implantée à Jérusalem-Est. Le jeune garçon a été accusé d’avoir participé à une agression au couteau avec son cousin, âgé de 15 ans. Seul son cousin a été abattu par la police. Deux jeunes israéliens ont été blessés. L’affaire tourne mal lorsque des médias diffusent la vidéo de ses aveux. Il portait bien un couteau ce jour-là. En juillet dernier, le tribunal a tranché et l’a condamné pour tentative de meurtre. Entre-temps, il avait atteint ses 14 ans, l’âge permettant d’être sanctionné judiciairement.

Son cas a beaucoup compté dans les débats parlementaires. La députée Anat Berko a déclaré à ce sujet.

Les jeunes, tels que Ahmed Manasra, qui se livrent à la terreur et cherchent la mort de civils juifs, ne seront pas épargnés par la loi.

L’opposition au gouvernement, les députés arabes israéliens ont critiqué le texte en jugeant qu’il ciblait particulièrement les jeunes palestiniens. Pour eux, le texte apportera plus de violences. De son côté, une ONG israélienne a réagi à l’adoption de cette loi.

Plutôt que de les envoyer en prison, Israël ferait mieux de les envoyer à l’école, où ils grandiraient dans la dignité et la liberté, et non pas sous le régime de l’occupation.

La nouvelle loi s’appliquera pour l’Etat d’Israel où la loi civile est en vigueur.

Publié le jeudi 4 août 2016 à 13:45, modifications jeudi 4 août 2016 à 12:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !