Monde

Etats-Unis et Royaume-Uni: nouvelles interdictions pour les passagers de certains avions

Les appareils électroniques interdits à bord

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni viennent de prendre une décision importante, en interdisant les ordinateurs portables et autres appareils électroniques, dans les cabines d’avions sur les vols qui proviennent de plusieurs pays arabes. La raison invoquée ? Le risque d’attentats terroristes…

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne sont pas les seuls à réfléchir à la mise en œuvre de ce type de mesure. En effet, la France et le Canada sont en train de penser à l’application de ces règles. En revanche, certains pays comme l’Allemagne ou encore l’Australie y sont opposés, du moins pour l’instant.

Une restriction contraignante

La mesure ne concerne pas une compagnie aérienne en particulier. En revanche, les passagers des compagnies comme Qatar Airways, Emirates ou encore Etihad Airways ne pourront plus embarquer avec des appareils électroniques plus gros qu’un mobile. Sont donc concernés les ordinateurs portables évidemment, mais également tout le reste. On retrouve ainsi par exemple les tablettes, les consoles de jeux ou les appareils photos. Ces appareils devront être transportés en soute des avions.

Les responsables américains justifient cette décision. Ils ont ainsi expliqué, ce mardi 21 mars, qu’il fallait être très prudent :

L’examen de renseignements indique que des groupes terroristes continuent de viser le transport aérien et cherchent de nouvelles méthodes pour perpétrer leurs attentats, comme dissimuler des explosifs dans des biens de consommation.

Il semblerait, d’après CNN, que cette décision soit liée à une menace. Cette dernière émanerait directement d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique. Les autorités américaines auraient en effet en leur possession des données de renseignements précises à ce sujet.

Une mise en place compliquée

Bien évidemment, cette décision américaine puis britannique, pose de nombreux problèmes. En effet, elle affecte les passagers au départ de dix aéroports. On parle ici des aéroports d’Amman, Le Caire, Istanbul, Jeddah, Ryad, Koweït, Doha, Dubaï, Abou Dhabi et Casablanca. Parmi les pays concernés, huit d’entre eux sont des alliés ou des partenaires des Etats-Unis, à savoir la Jordanie, l’Egypte, la Turquie, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Qatar, les Emirats arabes unis et le Maroc.

La Grande Bretagne quant à elle, vise plus précisément la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Egypte, la Tunisie et l’Arabie Saoudite. Tous les vols directs en provenance et à destination de ces pays sont concernés par cette nouvelle mesure. Mesure que certains qualifient de très sévère.

Des mesures de prévention

En réalité, ces mesures visent à renforcer la sécurité à bord des avions. D’autant plus qu’un responsable américain a parlé de plusieurs attentats et incidents qui ont eu lieu ces dernières années à bord d’avions. Il a notamment cité l’attaque de février 2016, revendiquée par des islamistes somaliens shebab affiliés à Al-Qaïda.

Des compagnies aériennes réceptives

Les compagnies aériennes n’ont d’autres choix que d’appliquer cette mesure restrictive qui entre en vigueur le 25 mars et qui sera valable jusqu’au 14 octobre. Emirates a par exemple publié une vidéo sur son compte Twitter. Cette dernière affirme que le système audiovisuel à bord des avions est tellement bon que finalement, personne n’a besoin d’ordinateur portable !

Il faut dire que de toute manière, les compagnies aériennes n’ont pas le choix et sont dans l’obligation d’appliquer cette mesure. En effet, elles pourraient perdre leurs droits de voler vers les Etats-Unis.

Il est évident que cette nouvelle mesure fait polémique. Elle s’inscrit dans la politique menée par le Président Donald Trump. Depuis son entrée en fonction, il vise à resserrer le contrôle aux frontières des Etats-Unis.

Publié le mercredi 22 mars 2017 à 15:32, modifications jeudi 23 mars 2017 à 11:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !