Monde

Norvège : Anders Breivik gagne son procès

La justice norvégienne a rendu son verdict dans le procès intenté par Anders Behring Breivik contre l’Etat pour conditions de détentions inhumaines.

Le terroriste d’extrême droite, Anders Behring Breivik, avait massacré 77 personnes en Norvège le 22 juillet 2011. L’auteur des tueries d’Oslo et de l’île d’Utøya (en Norvège) avait été condamné, en août 2012, à la peine maximale, c’est-à-dire 21 ans de prison, pour avoir tué huit personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo, puis 69 autres personnes (une majorité d’adolescents) en ouvrant le feu dans un camp d’été de la Jeunesse Travailliste.

Déguisé en policier, il avait pourchassé, pendant plus d’une heure, plus de 600 jeunes piégés sur l’île d’Utøya, achevant d’une balle dans la tête ses victimes qui faisaient, selon lui, « le lit du multiculturalisme ».

Le néo-nazi de 37 ans avait alors été placé en détention, dans un régime de très haute sécurité, à l’écart des autres détenus et soumis à une stricte surveillance de ses correspondances avec l’extérieur.

En 2016, il avait entamé une procédure à l’encontre de l’Etat norvégien pour ses « conditions inhumaines de détention ». Il considérait que son isolement carcéral était une violation à la Convention européenne des Droits de l’Homme (ces mêmes droits que l’extrémiste de droite avait revendiqué avoir en horreur), l’une interdisant les traitements « inhumains » et « dégradants » et l’autre garantissant le respect de sa correspondance.

Pourtant, au cours du procès, si Anders Breivik avait affirmé que son isolement nuisait à sa santé, aucun des professionnels (médecins, psychiatres, personnels pénitentiaires) qui le suivent en prison n’ont dit avoir observé de dégradation grave de sa condition physique ou mentale.

Au contraire, les témoignages, sous serment, ont tous fait état de conditions bien plus favorables au terroriste qu’aux autres prisonniers. Il dispose, en effet, d’une télévision avec lecteur DVD, d’une Playstation, d’une machine à écrire, d’appareils de musculation, de livres et de journaux, le tout répartis dans trois cellules différentes.

Ce procès contre l’Etat s’était déroulée du 15 au 18 mars dans le gymnase de la prison de Skien, au sud-ouest d’Oslo, où il est incarcéré.

Ainsi, la justice norvégienne a rendu son verdict, ce mercredi 20 avril, et a donné raison à Anders Behring Breivik.

La Cour est arrivée à la conclusion que le régime carcéral implique un traitement inhumain de Breivik.

A estimé le Tribunal d’Oslo, faisant valoir que le tueur était maintenu à l’isolement depuis près de cinq ans et qu’il s’agissait d’une violation de l’article 3 de la Convention européenne des Droits de l’Homme.

En revanche, la justice a récusé la demande de l’extrémiste concernant le contrôle de sa correspondance. En effet, Anders Behring Breivik est un individu qualifié :

D’extrêmement dangereux qui ne doit pas pouvoir communiquer avec des sympathisants susceptibles de commettre de nouvelles attaques.

Ont expliqué les autorités pour justifier les mesures de sécurité très strictes et les contrôles étroits sur sa correspondance et ses visites.

Publié le mercredi 20 avril 2016 à 17:05, modifications mercredi 20 avril 2016 à 17:05

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !

Poster un Commentaire
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Minutenews.fr Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.

Soyez le premier à commenter !

Me notifier
avatar
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouth
wpDiscuz

Vu sur le web

Vers le top