Monde

New York : Des cabines téléphoniques diffusent les parcours de migrants

Plusieurs cabines ont été installées dans le célèbre quartier de Times Square

Exposition sur les migrants Aman Mojadidi New York

Les cabines téléphoniques font leur grand retour à New York. Pour une exposition voulant sensibiliser les passants sur le sort des migrants, un artiste a fait installer des cabines à Times Square. Des récits de migrants accessibles à tous y sont diffusés en anglais ou dans leur langue maternelle.

L’artiste Aman Mojadidi a permis aux cabines téléphoniques de faire leur grand retour dans New York. En plein Times Square, plusieurs cabines sont disposées mais ne servent pas à téléphoner. Cette installation a été faite dans le cadre d’une exposition sur les migrants accessible aux touristes et aux new-yorkais de passage dans le célèbre quartier.

Sensibiliser les passants sur le sort des migrants

Il ne reste plus que quatre cabines téléphoniques dans toute la ville de New York. Désormais, grâce à l’artiste Aman Mojadidi, les édicules sont de retour en plein centre de Manhattan. Ces cabines ne servent toutefois pas à téléphoner mais à écouter.

En plus de redonner de la valeur à un lieu culte disparu à l’ère du portable, Aman Mojadidi souhaite sensibiliser les passants sur le sort des migrants aux Etats-Unis. Dès que l’on décroche le combiné de ces cabines, des migrants installés à New York racontent leur parcours. Aman Mojadidi a en effet recueilli les témoignages d’habitants pour qui la Grosse Pomme est devenue un nouveau foyer.

A propos de sa démarche, l’artiste de 47 ans a déclaré :

Je voulais d’un projet urbain autour de la migration, un projet faisant une place au récit

70 témoignages à écouter en plein Manhattan jusqu’en septembre

En apprenant que les cabines téléphoniques new yorkaises allaient disparaître, Aman Mojadidi a eu l’idée de cette installation. L’artiste l’a baptisée Once Upon a Place. Aman Mojadidi est né aux Etats-Unis mais ses parents ont eux-mêmes émigré de Kaboul à la fin des années 60.

Avec ce projet à la fois personnel et politique, Aman a donc pensé à mettre à la disposition des passants des récits de migrants. Les témoignages sont ceux de 70 personnes ayant émigré depuis le Bangladesh, le Yémen, les Philippines, l’Espagne, l’Italie et le Japon. Leurs récits ont été enregistrés dans leur langue maternelle ou en anglais. L’artiste ne leur a pas posé de questions mais les a laissés s’exprimer sur leur parcours durant quinze minutes.

Aman Mojadidi a déclaré à propos des histoires audibles dans les cabines :

Même si vous ne comprenez pas la langue, vous pouvez sentir l’émotion, comme si c’était une chanson

Les passants n’ont donc qu’à décrocher le téléphone pour se laisser porter par les témoignages. Le projet d’Aman Mojadidi a été soutenu par Times Square Art. La plateforme de développement artistique a voulu aider l’artiste à enlever du terme ‘immigrants’ l’étiquette réductrice qui a tendance à le résumer aujourd’hui. Les touristes et les new-yokais peuvent profiter de ces récits ainsi que du cadre désormais rétro des cabines jusqu’en septembre prochain.

Publié le jeudi 13 juillet 2017 à 17:30, modifications jeudi 13 juillet 2017 à 17:30

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !