Monde

Migrants : Les Etats-Unis enverront 5.000 soldats supplémentaires à la frontière avec le Mexique

 Deux milles membres de la Garde nationale se trouvent déjà sur le terrain. Leur but ? Empêcher une caravane de 4.000 migrants en provenance du Honduras d’entrer sur le sol américain. Désormais, 5.000 soldats y seront encore envoyés en renfort.

La caravane transportant des migrants est déjà en route. La plupart des personnes à son bord sont parties du Honduras le samedi 13 octobre 2018. Leur objectif est de fuir la violence et la pauvreté dans leur pays. La caravane a fait halte dans la localité de Tapanatepec, située dans le sud du Mexique le dimanche 28 octobre 2018.

Elle a repris la route dans la matinée du lundi 29 octobre 2018 en direction de Niltepec, à environ 56 km, d’où elle rejoindra Mexico. A partir de là, la caravane tentera de traverser la frontière sud des Etats-Unis. Selon les journalistes de l’AFP, la caravane transporterait beaucoup de monde à son bord.

Donald Trump qualifie cette situation d’invasion

Néanmoins, c’est sans compter l’inhospitalité du Pentagone. En effet, celui-ci a déclaré dans la soirée du lundi 29 octobre 2018 que 5.000 soldats supplémentaires ont été envoyés à la frontière avec le Mexique. Pour rappel, le Pentagone avait déjà déployé 800 soldats la semaine dernière. Cependant, pour le président américain Donald Trump, il s’agit là d’une « invasion ».

Le général Terrence O’Shaughnessy a effectivement déclaré lors d’une conférence de presse :

 D’ici à la fin de semaine, nous allons déployer plus de 5.200 soldats à la frontière sud-ouest.

Le patron du service du service des douanes et de la protection des frontières, Kevin McAleenan, a aussi renchérit en déclarant :

Nous ne permettrons pas à un large groupe d’entrer aux Etats-Unis d’une façon dangereuse et illégale .

Quant au commandant de la zone militaire nord-américaine, surnommée « Patriote fidèle », il a assuré que « c’est seulement le début de cette opération ».

Les migrants n’ont pas peur de l’armée

Pour les migrants en question, un refus du gouvernement américain n’est pas envisageable. David Gonzalez, un migrant hondurien dans la caravane, déclare :

Pour nous, ces portes doivent s’ouvrir, nous ferons tout le possible pour y parvenir. Nous avons entendu que l’armée est là-bas, mais nous ne sommes contre personnes, nous allons en paix.

Edith Mateo, un autre migrant qui voyage avec ses deux fils âgé de 4 et 14 ans déclare aussi :

je vais de l’avant, jusqu’où Dieu le voudra pour un futur meilleur pour mes enfants.

 

Publié le mardi 30 octobre 2018 à 14:53, modifications mardi 30 octobre 2018 à 12:53

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !