Monde

Le Mali livre à la Cour pénale internationale Al Hassan, un criminel de guerre présumé

Al Hassan, un présumé djihadiste, a été remis par les autorités maliennes à la Cour pénale internationale. Il est accusé de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre commis à Tombouctou entre avril 2012 et janvier 2013.

Al Hassan Ag Abdoul Aziz Ag Mohamed Ag Mahmoud, dit Al Hassan est suspecté d’avoir commis entre autre des faits de torture, viol, et persécution à Tombouctou en 2012 et 2013. Ainsi, ce samedi 31 mars, la Cour pénale internationale a annoncé que le Mali lui avait remis ce djihadiste malien.

M. a été remis à la CPI par les autorités du Mali où il est suspecté d’avoir commis notamment des faits de torture, viol, et persécution.

A déclaré la Cour dans un communiqué.

Un commissaire de la Police islamique à Tombouctou

Le djihadiste est arrivé samedi au quartier pénitentiaire de la Cour basée à La Haye, après que celle-ci avait délivré un mandat d’arrêt mardi contre lui pour des crimes commis lors du conflit armé débuté en janvier 2012. Par ailleurs, le procureur de la CPI, Fatou Bensouda a indiqué qu’Al Hassan est accusé d’être responsable des « crimes contre l’humanité de persécutions pour des motifs religieux ou sexistes, viol et esclavage sexuel commis dans le contexte de mariages forcés, torture et autres actes inhumains ».

L’arrestation de M. Al Hassan et son transfèrement à la CPI envoient un message fort à tous ceux qui, où qu’ils se trouvent, commettent des crimes qui heurtent la conscience humaine.

A averti Fatou Bensouda en ajoutant :

J’espère qu’il signifie au Mali notre détermination et notre résolution à agir comme il se doit. Et à faire tout ce que nous pouvons pour répondre aux souffrances indicibles infligées à la population malienne.

Âgé de 41 ans et de nationalité malienne, le djihadiste aurait été membre d’Ansar Eddine. Il s’agit d’un mouvement associé à Al-Qaïda au Maghreb islamique et lié à Aqmi. Mais il était surtout connu pour avoir été commissaire de la Police islamique à Tombouctou. Il aurait pris part à la destruction des mausolées des saints musulmans à Tombouctou. En outre, Al-Hassan faisait arrêter les femmes non voilées et les jetait en prison ou battre.

D’après les informations de RFI, ce sont des Français de l’opération Barkhane qui l’ont arrêté dans le nord du Mali. Ils l’ont ensuite remis avant de le remettre aux mains de la justice.

Alors qu’Al Hassan a été transféré samedi 31 mars au soir à La Haye, son audience de première comparution est annoncée pour le 4 avril prochain.

 

Publié le lundi 2 avril 2018 à 12:18, modifications lundi 2 avril 2018 à 10:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !