Monde

Malawi : Un séropositif emprisonné pour avoir défloré 104 filles

Une coutume de sa région faisait de lui l’homme avec qui les jeunes filles devaient connaître leur premier rapport sexuel. Porteur du sida, Eric Aniva a été condamné par la justice de l’État du Malawi pour ses actes après avoir confié à la BBC avoir couché avec des mineurs.

Eric Aniva, 45 ans, n’aurait sans doute pas parlé devant la caméra de la BBC s’il avait su que cela le conduirait tout droit en prison.

Dans certaines régions du sud du Malawi, il existe une tradition locale très éloignée de nos coutumes européennes. Dès que les jeunes filles ont leurs premières règles, les parents engagent ce qu’ils appellent une « hyène » pour qu’il déflore leur enfant. Cette pratique lierait les jeunes filles à l’homme qui aura procédé à leur « nettoyage sexuel » et leur serait nécessaire afin de devenir de bonnes épouses pour leur futur mari et cela protégerait également leur famille des malheurs ainsi que des maladies.

Sur ce dernier point, Eric Aniva, « hyène » depuis 1985, n’est pas le meilleur parti qui soit. Porteur du sida, ce villageois de Nsanje a couché avec 104 jeunes filles, dont certaines n’avaient que 12 ans, et le tout sans utiliser aucune protection comme le veut la coutume qui se déroule sur trois jours.

La plupart de ceux avec qui j’ai couché sont des filles, des filles qui vont à l’école. Certaines filles sont âgées de seulement 12 ou 13 ans, mais je préfère les plus âgées. Toutes ces filles trouvent du plaisir à m’avoir comme leur hyène. En fait, elles sont fières et disent aux autres que cet homme est un vrai homme, il sait comment faire plaisir à une femme.

Selon ses dires, aucune des familles qui le paient entre 4 et 7 dollars (entre 3,5 et 6,5 euros) le rapport sexuel n’est au courant de sa séropositivité.

Le gouvernement du Malawi tente d’éradiquer cette coutume encore trop présente et, suite à la demande du président malawite Peter Mutharika, Eric Aniva a été arrêté fin juillet.

Lundi 15 août, la justice a refusé pour la seconde fois sa demande de libération sous caution. Le procureur Christopher Botoman ne souhaite pas qu’Eric Aniva « intimide ou influence » des victimes pour les dissuader de témoigner.

La nature et le sérieux de l’infraction, ainsi que la sévérité de la peine s’il est condamné, font qu’il n’est pas dans l’intérêt de la justice de libérer l’accusé sous caution.

S’il est reconnu coupable, ce père de cinq enfants risque la prison à vie pour avoir couché avec des mineurs de moins de 16 ans, de quoi lui donner toutes les raisons de s’enfuir si on le lui permettait malgré le fait qu’il ne se dise pas inquiet par cette affaire.

Fanny, 25 ans, la plus âgée de ses deux épouses s’est exprimée :

Nous voulons qu’il rentre à la maison. Nous souffrons car nous n’avons plus rien à manger. Mais quand il est là, on ne souffre plus car c’est un homme et qu’il trouve le moyen de nous ramener de la nourriture à la maison.

Sophia, sa seconde femme, a quant à elle affirmé qu’Eric avait arrêté ses activités de « hyène » mais cela ne semble pas avoir convaincu la justice.

Publié le mardi 16 août 2016 à 14:03, modifications mardi 16 août 2016 à 14:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !