Monde

Liban : Les tenues sexy des policières de la ville de Broummana défraient la chronique

Le maire de la ville de Broummana dans la banlieue de Beyrouth, au Liban, a décidé de faire porter des tenues sexy aux jeunes auxiliaires de police qui font la circulation.

Située à quelques kilomètres de Beyrouth au Liban, la localité de Broummana a frappé fort pour se faire connaître du grand public. Ainsi, le maire de la ville, Pierre Achkar, a pris l’initiative d’embaucher de jeunes étudiantes d’une vingtaine d’années durant la période estivale pour aider à réguler la circulation. Si tout semble normal, les critères de sélection vont plus loin que ça. En effet, les jeunes filles ont été recrutées sur leur physique avantageux, sachant qu’elles doivent s’engager à porter une tenue singulière par rapport aux standards de la profession.

Un choc pour faire venir les médias et les touristes à Broummana

Ainsi, l’uniforme consiste en un short noir moulant, un t-shirt, béret rouge et des baskets blanches. Bref, la parfaite tenue pour ne pas passer inaperçue. Or, à leurs côtés, leurs homologues masculins portent eux l’uniforme traditionnel. Soit, le pantalon noir et le gilet jaune de rigueur.

Ça pourrait être sexy pour certaines personnes et ordinaire pour d’autres. Cela dépend de l’éducation.

A commenté l’édile au micro de la BBC.

En outre, Pierre Achkar justifie cela par une stratégie marketing pour attirer de potentiels touristes :

Tous les ans, on essaie de faire un choc pour faire venir les médias internationaux et les locaux et les touristes à Broummana.

Bref, un buzz qui n’a rien d’inapproprié ou choquant selon lui. En effet, le maire de Broummana se refuse catégoriquement à parler de sexisme :

C’est joli, et les gens aiment la beauté. Vous voulez qu’elles soient moches ? Le monde change. A un moment donné les jeans étaient vulgaires. Les femmes sont libres : sexy ou pas, nous sommes un pays libre.

Les jeunes recrues, interrogées par la BBC, semblent très heureuses de l’initiative :

On reçoit beaucoup de compliments.

Expliqué une étudiante qui a pris ce travail pour l’été. Elle ajoute:

On porte des shorts longs, on n’exhibe pas non plus nos jambes. J’ai accepté le travail parce que je suis toujours en short alors je n’ai pas à me changer quand je vais travailler.

Une autre pense que cela permet de témoigner de la mentalité libanaise:

La municipalité nous a demandé de faire ce travail, c’est quelque chose de nouveau de montrer que le Liban est comme le reste du monde. Pourquoi ne pas porter des shorts?

Les habitants sont divisés

Si cette opération marketing ne semble pas avoir créée la polémique parmi la population, elle divise les habitants.

Pour moi c’est inapproprié !

A ainsi décris laconiquement une passante auprès de la BBC. A l’inverse, d’autres n’y voient pas d’outrage.

Tout est autorisé au Liban alors pourquoi pas?».

Un homme d’une soixantaine d’années félicite l’initiative :

C’est une idée superbe et c’est agréable de voir de belles femmes!

Par ailleurs, sur les réseaux sociaux, certains internautes sont plus sceptiques. Or, c’est surtout la différence de traitement hommes-femmes qui pose problème. En effet, les homologues masculins des policières de Broummana sont vêtus de manière classique : pantalon noir, gilet jaune.

Publié le mardi 10 juillet 2018 à 14:26, modifications mardi 10 juillet 2018 à 14:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !