Monde

Les naufragées du Pacifique ont-elles dit toute la vérité ?

Le 25 octobre dernier, deux Américaines parties en croisière avec leurs chiens avaient dérivé pendant près de 5 mois au large du Pacifique suite à un problème de moteur. Le récit de leur aventure rocambolesque, qui a fait le tour du monde, est maintenant remis en cause par certains experts qui mettent doute la véracité de leurs propos.

L’histoire des deux naufragées a commencé au printemps dernier. Jennifer Appel, Tasha Fuiaba ainsi que leurs deux chiens embarquent sur un voilier à Hawaï pour rejoindre Tahiti en 18 jours. Le 30 mai, le moteur tombe en panne. Les deux femmes choisissent néanmoins de maintenir le cap et tentent de finir la croisière à la voile.

Au bout de deux mois, elles se décident à envoyer leurs premiers signaux de détresse qui ne sont pas entendus. Finalement le 24 octobre, un bateau de pêche taïwanais repère le voilier à 1 500 km au sud-est du Japon et contacte les autorités américaines de l’île de Guam. Un navire en manœuvre dans la zone, l’USS Ashland, secoure les deux femmes et leurs chiens le lendemain. Jennifer Appel explique qu’elles auraient survécu grâce à des purificateurs d’eau et des réserves de nourriture, notamment des pâtes et du riz.

Un récit qui soulève de nombreuses interrogations

Certains médias ont en effet noté quelques incohérences quant aux dires des deux naufragées. Le Guardian relève qu’elles n’auraient pas activé leur balise de détresse, malgré 5 mois passés à dériver. Elles expliquent ne pas avoir activé la balise car elle ne doit être utilisée qu’en cas de danger de mort imminent ou menace physique. Pourtant, les jeunes femmes ont raconté que leur embarcation avait été attaquée par sept requins-tigres et ne devoir leur salut qu’à la robustesse de la coque. Une histoire peu crédible selon les experts et qui n’explique pas pourquoi elles n’ont pas activé leur balise.

Jennifer Appel et Tasha Fuiaba auraient également survécu à une redoutable tempête au large des îles d’Hawaï. Cela aurait occasionné la panne de leur moteur et serait la cause de leur dérive. Seulement, des météorologistes n’ont noté aucune trace de ce phénomène climatique.

En outre, bien qu’elles aient songé à faire demi-tour, elles affirment avoir finalement renoncé. Selon elles, les îles accessibles (à savoir Maui et Lanai) n’avaient pas de port adapté à la taille de leur bateau, pourtant relativement petit. Une autre île à proximité sur laquelle elles n’ont pas accosté, expliquant qu’elle était inhabitée, est en fait peuplée de 2000 habitants. Un port peut même y accueillir des navires commerciaux.

Alors, fanfaronnade ou incohérences dues au traumatisme de leur aventure ? Les deux naufragées maintiennent pour l’instant leur version des faits.

Publié le mercredi 8 novembre 2017 à 15:06, modifications mercredi 8 novembre 2017 à 11:44

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !