Monde

Les expulsions d’Allemagne vers les pays du Maghreb se multiplient

Un rapport indique que l’accroissement du nombre d’expulsions vers les pays du Maghreb résulte des « progrès significatifs dans l’identification des personnes potentiellement obligées de quitter le pays ». 

Le quotidien Bild a révélé une nouvelle étude le lundi 8 octobre 2018. Elle explique que les expulsions d’Allemagne vers les pays du Mahgred augmentent de façon exponentielle depuis 2015. Selon cette étude, il y a eu 61 transferts de personnes vers le Maroc en 2016. Ce chiffre a grimpé à 634 individus en 2017. De janvier à août 2018, on recense 476 transferts en direction de ce pays.

Mis à part le Maroc, la Tunisie et l’Algérie connaissent également le même phénomène d’accroissement des transferts de personnes. L’Algérie a connu 57 transferts en 2015, 504 en 2017 et 400 à la fin d’août 2018. Pour la Tunisie, on compte 17 expulsions en 2015, 251 en 2017 et 231 cette année.

Un porte-parole du ministère de l’Intérieur allemand explique cette montée en flèche des expulsions par une « amélioration de la coopération avec ces pays » du Maghreb.

Echange de données biométriques

Selon le rapport, il y a eu « des progrès significatifs dans l’identification des personnes potentiellement obligées de quitter le pays ». A présent, le Maroc, la Tunisie et l’Algérie ont la possibilité d’identifier leurs ressortissants grâce à « un échange de données biométriques sous forme électronique ». Ce serait sur la base de cette méthode que le nombre d’identifications a considérablement augmenté.

L’Allemagne poursuivra ces expulsions

Néanmoins, il semble que cette hausse va se poursuivre. L’Allemagne a pris des dispositions pour accélérer les renvois des demandeurs d’asile originaires de ces trois pays du Maghreb. Le gouvernement allemand a effectivement inscrit ces pays au rang des « pays surs ». Par ailleurs, le Conseil des ministres a adopté un projet de loi allant dans ce sens le mercredi 18 juillet 2018.

Des pays loin d’être surs

Toutefois, les groupes de défenseurs des droits de l’homme s’opposent à l’inscription de ces trois pays sur cette liste de pays sûrs. Notamment, à cause du fait que ces pays font des actes de discrimination à l’égard des homosexuels. De même, ils sont connus pour des cas de torture et d’atteintes à la liberté d’expression.

Précisément, ce sujet est très sensible depuis le soir du Nouvel An 2016 durant lequel des femmes ont été agressées à Cologne. Selon la police, les auteurs de ces agressions sont des hommes originaires d’Afrique du Nord. Autre sujet délicat, l’attentat perpétré par le Tunisien Anis Amri en décembre 2016 à Berlin et qui fit 12 morts. La demande d’asile de cet homme n’a jamais été accordée. Toutefois, il n’a jamais été expulsé d’Allemagne en raison de complications administratives.

Publié le jeudi 11 octobre 2018 à 9:11, modifications jeudi 11 octobre 2018 à 8:12

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !